BFM Business

Au Portugal, une appli permet de commander des beignets à la plage

Une assiette de "boules de Berlin" (image d'illustration)

Une assiette de "boules de Berlin" (image d'illustration) - Inspirational Food - Flick - CC

Les touristes venus passer leurs vacances au Portugal disposent désormais d’une application calquée sur celle d’Uber pour se faire livrer à la plage des boules de Berlin, beignets fourrés à la crème, sans bouger de leur serviette.

Au Portugal, l'application pour smartphones "Bolinhas" (petites boules) permet de commander en anglais, espagnol ou portugais des boules de Berlin nature, à la crème pâtissière, au chocolat ou bien à la caroube, spécialité de l’Algarve, région touristique du sud, sans payer de supplément.

Après six jours d’existence, cette application -une première mondiale selon son créateur Ignacio Correia- compte déjà 4000 utilisateurs dont des Anglais, des Suédois et des Allemands.

Lancée sur trois plages de l’Algarve, "Bolhinas", qui s’inspire d’Uber, le service de réservation de voitures avec chauffeur, vient d’arriver sur les étendues de sable lisboètes à Carcavelos et Oeiras.

Capture d'écran de l'application Bolhinas
Capture d'écran de l'application Bolhinas © Bolhinas - Google Play - Montage BFM Business

Une application imaginée sur la plage 

Grâce à la géolocalisation, l’un des dix vendeurs ambulants des trois pâtisseries partenaires livre, en un temps record, en moyenne une dizaine de minutes. À la fin de l’été, "Bolhinas" espère atteindre le plus de plages possibles au Portugal et disposer d’au moins 50 vendeurs référencés.

L’idée de cette application a germé sur une plage de l’Algarve il y a quatre ans. "Avec mes frères, nous avions envie d’une boule de Berlin, mais aucun vendeur ne passait. On s’est alors dit qu’une application pour commander des beignets serait géniale" raconte Ignacio Correia, jeune programmateur chez Algardata, la start-up où est né le logiciel.

"Au début, nous mettions au défi nos stagiaires de créer le "Uber des boules de Berlin". Et ce qui paraissait n’être qu’un exercice de programmation s’est transformé en projet de produit" conclut-il.

A.M. avec AFP