BFM Business

Ariane 6, une fusée qui fait la chasse aux coûts à tous les étages

Ariane 6 devrait décoller pour la première fois en 2021

Ariane 6 devrait décoller pour la première fois en 2021 - -

La ministre de la Recherche Geneviève Fioraso dévoile, ce 9 juillet, la configuration choisie pour la future fusée européenne, qui devrait voler en 2021. L'objectif est de proposer des lancements 30% moins chers qu'avec Ariane 5.

Le projet Ariane 6 entre ce 9 juillet dans une nouvelel phase. La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso va dévoiler la configuration choisie pour la future fusée européenne, qui devrait voler en 2021. Quelles que soient les modalités techniques retenues, c'est sur le prix qu'Ariane 6 va tenter de faire la différence. Elle doit proposer des lancements 30 % moins cher qu’Ariane 5.

C’est une petite révolution dans le monde du secteur spatial : aujourd’hui, la réduction des coûts prime sur les prouesses technologiques.

De plus, Ariane 5 est de moins en moins compétitive, elle doit faire face à une nouvelle concurrence : le lanceur russe Proton et surtout l’américain Space X, le cost killer du secteur.

Des économies à tous les étages

Partant de ce postulat, Ariane 6 va chercher des économies un peu partout. Les coûts de développement étaient de plus de 7 milliards d’euros sur la fusée de cinquième génération, ils seront de 3 milliards environ sur Ariane 6.

Les propulseurs du nouvel engin seront adaptés d’après les technologies déjà existantes. Les moteurs à poudre, plus économiques, seront préférés à la propulsion liquide.

Enfin, pour amortir ses coûts, Ariane 6 devra réaliser une quinzaine de lancement par an, soit deux à trois fois plus que la fusée actuelle…c’est certainement le plus gros défi pour l’industrie spatiale européenne.

Simon Tenenbaum