BFM Business

Après le Next40, le "French Tech 120" lance son appel à candidature

Après le Next40, le gouvernement met en place un nouveau programme d'accompagnement des start-up en phase d’hyper-croissance. Retour sur cette initiative avec Kat Borlongan, directrice de la mission French Tech.

Devenir un des meilleurs pays au monde dans la création et le développement des champions de la tech. C'est la mission de Kat Borlongan, directrice de la mission French Tech, une administration qui relève du gouvernement français. Invitée sur BFM Business ce mercredi dans l'émission Good Morning Business, elle est notamment revenue sur le "French Tech 120", un nouveau programme dédié aux start-up en phase d’hyper-croissance.

"Rien que l'année dernière, toutes les start-up de la France ont levé 3,6 milliards d'euros. Cette année, je pense que ce sera plutôt autour de 5 milliards", explique-t-elle. "Mais bizarrement, il y a plus de gens qui reconnaissent le coq (rouge, l'emblème de la French Tech, NDLR) que de gens qui sont capables de me nommer dix start-up françaises". L'enjeu de ce French Tech 120, c'est donc de "faire en sorte que la French Tech soit incarnée" explique-t-elle.

Trois voeux par start-up

Après le Next40, qui réunit les meilleures pépites tech de France, c'est donc la suite logique qui s'organise avec ce "French Tech 120" pour accompagner 120 entreprises en fort développement. "C'est beaucoup plus qu'un coup de projecteur" assure Kat Borlongan. "C'est un pool d'avantages complètement inédits."

Parmi eux, le mode "Aladdin" qui permet de réclamer trois vœux auprès de la mission French Tech, comme faire partie d'une délégation présidentielle lors d'un voyage ou accélérer les obtentions de visas pour des employés étrangers. "Il faut postuler" insiste Kat Borlongan. Car le "French Tech 120" est avant tout un appel à candidature, avec une liste définitive de start-up sélectionnées qui sera annoncée en janvier.

Thomas Leroy