BFM Business

Après le boycott de Huawei, China Telecom dans le viseur de Washington

Fin mars, le nombre de nouvelles demandes avait été de plus de 6,8 millions.

Fin mars, le nombre de nouvelles demandes avait été de plus de 6,8 millions. - Pixabay

Le département américain de la Justice et d'autres agences fédérales ont recommandé au régulateur des télécoms (FCC) de révoquer l'autorisation accordée à la filiale américaine du géant chinois.

L'épidémie de coronavirus n'empêche pas l'administration américaine de poursuivre son combat contre les géants chinois des télécoms accusés d'espionnage. Après le boycott de Huawei (5G et smartphones), Washington pourrait interdire à China Telecom d'opérer sur son sol.

Selon Reuters, le département américain de la Justice et d'autres agences fédérales ont recommandé jeudi à la Commission fédérale américaine des communications (FCC) de révoquer l'autorisation accordée à la filiale américaine du groupe chinois.

China Telecom fournit en effet aux Etats-Unis, comme dans d'autres pays, des services de télécommunications internationaux, notamment pour les touristes ou les entreprises. 

Risques sur la sécurité nationale

La FCC avait été saisie l'an dernier par deux sénateurs américains, lui demandant de réexaminer les autorisations accordées à China Telecom et China Unicom. En mai, le régulateur avait annoncé rejeter une demande d'autorisation d'opérer de China Mobile.

Là encore, comme avec Huawei, l'administration américaine estimait que China Mobile soit utilisé par Pékin pour mener des opérations d'espionnage sur le territoire américain constituant "des risques significatifs et inacceptables" en matière de "sécurité nationale".

China Telecom pourrait donc subir les mêmes accusations débouchant sur la révocation de sa licence. L'opérateur indique être allé "au-delà de ce qui avait été demandé pour présenter la manière dont notre entreprise fonctionne et sert nos clients conformément aux normes internationales les plus élevées".

"Nous sommes impatients de partager des détails supplémentaires pour soutenir notre position et répondre à toute préoccupation.", ajoute le groupe dans un communiqué.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a pour sa part déclaré vendredi que Pékin était "fermement opposé" à toute action des Etats-Unis contre China Telecom.

Huawei encore peu impacté par le boycott

Derrière ces accusations qui n'ont jamais été étayées par des preuves, se cache un nouvel épisode de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Malgré la signature d'un premier accord en début d'année, Washington ne relâche pas la pression sur les acteurs télécoms chinois dont certains dominent des technologies stratégiques comme la 5G avec Huawei.

Pour autant, les Etats-Unis ont du mal à convaincre leurs partenaires européens. Huawei reste partie prenante de nombreux déploiements 5G dans le monde. D'ailleurs, le géant chinois a encore bouclé un exercice en progression avec en 2019 un bénéfice net de 62,7 milliards de yuans (8,06 milliards d'euros) en hausse de 5,6% et un chiffre d'affaires de 858,8 milliards de yuans (110,45 milliards d'euros) en hausse de 19%. Le boycott américain étant largement compensé par la vigueur de la demande locale et régionale.

Olivier Chicheportiche