BFM Business

Apple a-t-il voulu investir dans Twitter?

Apple a toujours montré un certain intérêt pour Twitter, ne serait-ce qu'en l'intégrant au sein de ses logiciels.

Apple a toujours montré un certain intérêt pour Twitter, ne serait-ce qu'en l'intégrant au sein de ses logiciels. - -

Le fabricant de l'iPhone aurait cherché ces derniers mois à investir plusieurs centaines de millions de dollars dans le site de microblogging, a révélé le New York Times. Mais les discussions ne seraient plus d’actualité.

Apple a-t-il voulu racheter une partie de Twitter? Ce week-end, plusieurs quotidiens américains ont fait des révélations sur le sujet. D’après le New York Times, le fabricant de l’iPhone aurait envisagé une prise de participation dans le site de microblogging qui aurait valorisé Twitter à hauteur de 10 milliards de dollars.

Selon le Wall Street Journal, les discussions entre les deux groupes auraient bel et bien eu lieu, mais il y a un an de cela. Elles seraient désormais terminées, et aucun accord n'aurait finalement été trouvé. Aucune des deux sociétés n’a voulu apporter de commentaire.

Une alliance pour faire face à Google et Facebook

Mais le simple fait qu'Apple ait regardé de très près le dossier Twitter est significatif. Avec un trésor de guerre qui dépasse les 100 milliards de dollars, le groupe n'est pas à quelques centaines de millions près. Et il a un peu raté le virage des réseaux sociaux. Or le potentiel de Twitter est considérable, avec plus de 500 millions d'utilisateurs et un chiffre d'affaires qui pourrait dépasser le milliard de dollars d'ici deux ans.

Apple a toujours fait état de sa confiance en l'avenir de Twitter: en témoignent les efforts que fait le groupe pour intégrer et mettre en avant le service de microblogging au sein de ses logiciels. Enfin, comme le rappelle la presse américaine, les liens entre les deux entreprises sont dus à "des ennemis communs": pour Twitter, Apple serait un "allié naturel" face aux géants du secteur des technologies, comme Google et Facebook.

Anthony Morel et BFMbusiness.com