BFM Business

Affaire Facebook: ce que révèlent les notes oubliées par Mark Zuckerberg

Les notes comprenaient quelques piques clinglantes à l'encontre d'Apple.

Les notes comprenaient quelques piques clinglantes à l'encontre d'Apple. - JIM WATSON / AFP

Le PDG de Facebook a laissé traîner ses notes à la suite de son audience devant les sénateurs américains.

Mark Zuckerberg a beau s’être dérobé à plusieurs reprises face aux sénateurs américains, il a répondu sans le vouloir à plusieurs questions complémentaires. A la suite de son audience du 10 avril, le fondateur du plus grand réseau social au monde a laissé sur son bureau les notes destinées à l'aider durant près de cinq heures de questions-réponses.

Deux de ces pages de notes ont été immortalisées par un photographe d'Associated Press, Andrew Harnik, avant d'être postées sur Twitter. Elles comprennent aussi bien des arguments à utiliser que des éléments de langage à bannir. 

Des piques cinglantes envers Apple

Une section entière du document est consacrée à des arguments à opposer à Apple. A la suite des révélations sur Cambridge Analytica, Tim Cook a critiqué les dérives de Facebook et rappelé l'attachement de son entreprise au respect de la vie privée. Mark Zuckerberg avait vivement réagi et qualifié ce tacle à peine dissimulé de "désinvolte et faux". Cette semaine, Steve Wozniak, le cofondateur d'Apple, a annoncé son départ de Facebook. Il invoque auprès d'USA Today sa surprise à l'égard de la précision du ciblage publicitaire du réseau.

Dans ses éléments de réponse, Mark Zuckerberg reprend une citation de Jeff Bezos (PDG d'Amazon) déjà utilisée lors d'un entretien au site américain Vox. "Il y a des entreprises qui travaillent dur pour vous faire payer plus cher et des entreprises qui travaillent dur pour vous faire payer moins cher". Et de préciser que, contrairement à Apple, Facebook a pour but de faire payer moins cher. "En fait, nous sommes gratuits".

Le document comprend également des notes au sujet de l'utilisation des données faites par Apple. "Il y a eu beaucoup d'histoires à propos d'applications détournant des données d'Apple, mais je n'ai jamais vu Apple prévenir les intéressés", est-il ainsi écrit. De quoi améliorer les relations entre deux des PDG les plus puissants du monde.

Profil bas sur le RGPD

Lors de sa préparation, Mark Zuckerberg a prévu une parade aux questions sur le RGPD, le règlement européen sur la protection des données personnelles attendu pour fin mai. Ce texte imposera de strictes règles de protection de la vie privée d'utilisateurs de services en ligne. 

Les notes récupérées au sortir de l'audience mentionnent explicitement que Facebook s'autorise quelques largesses avec ces règles. "Ne pas dire que nous faisons déjà ce que le RGPD demande", peut-on lire noir sur blanc. Le 3 avril, Mark Zuckerberg a indiqué à Reuters que son réseau n'étendrait pas l'application des règles européennes au reste du monde. Avant de démentir, le lendemain, de tels propos lors d'une conférence de presse.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech