BFM Business

A l'aéroport de Roissy, les chauffeurs de taxis au coeur d'un dispositif de lutte contre les taxis clandestins

Les taxis bloquent leurs zones d'attente dans les deux aéroports parisiens.

Les taxis bloquent leurs zones d'attente dans les deux aéroports parisiens. - Kenzo Tribouillard - AFP

Plutôt que d'attendre "une heure dans leur véhicule leur tour", les chauffeurs de taxis se relaient pour aider les passagers à éviter les faux taxis.

Un dispositif a été lancé mercredi à l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle pour lutter contre le racolage des faux taxis et qui permet aux chauffeurs officiels d'aiguiller les passagers vers les bornes, ont indiqué les autorités.

Dans le deuxième aéroport européen, une quarantaine de chauffeurs, vêtus de chasubles bleues numérotées, se relayeront désormais entre 05H00 et 23H00 pour mener ces actions dans le cadre du dispositif "Taxi Officiel Aéroport", en particulier auprès des touristes étrangers, a expliqué à la presse le préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des aéroports de Paris, François Mainsard.

247 euros pour un trajet entre Roissy/Paris

"La chasse aux racoleurs est un enjeu d'ordre public", a insisté Michel Delpuech, préfet de Police de Paris. La préfecture a signé un protocole avec le PDG du Groupe ADP Augustin de Romanet et trois syndicats représentés à la commission des taxis. "C'est une mission d'intérêt général", a assuré Augustin de Romanet. Plutôt que d'attendre "une heure dans leur véhicule leur tour, les chauffeurs rendent service".

"Les taxis sont des auxillaires d'hospitalité et il ne faut pas minimiser les impacts tragiques", notamment sur l'économie et le tourisme, a-t-il ajouté, en référence à une vidéo postée sur YouTube début novembre et visionnée plus de 415.000 fois. Les images montrent un taxi clandestin exiger 247 euros à des touristes thaïlandais après un trajet entre l'aéroport de Roissy et Paris au lieu d'une cinquantaine d'euros en moyenne.

Pour Karim, chauffeur de taxi parisien depuis 15 ans, "il était temps d'agir". "Ils nous faut aussi la présence de policiers sur place. Au quotidien, les faux taxis nous narguent, nous insultent et surtout ils en viennent aux mains", regrette-t-il. Selon la préfecture de police, 918 procès verbaux ont été dressés contre des faux taxis à Roissy depuis janvier 2018 contre 243 en 2016.

P.S. avec AFP