BFM Business

3G: les opérateurs télécoms dans le viseur de l'Arcep

Le gendarme des télécoms va enquêter sur des retards dans le déploiement des réseaux 3G.

Le gendarme des télécoms va enquêter sur des retards dans le déploiement des réseaux 3G. - -

L'Autorité des télécoms a ouvert cinq enquêtes administratives, mardi 27 mai, concernant des retards dans le déploiement de leurs réseaux mobiles 3G.

L'Arcep hausse le ton. Le gendarme des télécoms a ouvert, mardi 27 mai, cinq enquêtes administratives à l'encontre des quatre opérateurs français concernant des retards dans le déploiement de leurs réseaux mobiles 3G ou une baisse de la qualité de service.

L'une des enquêtes vise sans distinction Orange, Bouygues Telecom, SFR et Free Mobile, dont seulement 25% des déploiements prévus en commun en zones rurales ont été réalisés.

Une autre concerne uniquement Free Mobile, afin de "vérifier" les raisons d'une "légère décélération" du nombre de nouveaux sites 3G lors des deux derniers mois.

Orange visé par deux enquêtes

SFR, quant à lui, est visé par une enquête "afin de s’assurer que l’opérateur a respecté son obligation" de "couvrir en 3G 99,3% de la population".

Enfin, Orange est concerné par deux enquêtes distinctes: l'une concernant "une baisse significative de la qualité de service des offres de gros destinées au marché entreprise". L'autre au sujet de la "qualité de service universel", étant donné que "certains indicateurs de qualité de service présentés par la société Orange, prestataire du service universel pour la composante de raccordement et de service téléphonique, n’étaient pas conformes aux objectifs qui s’imposent à elle".

Y. D .avec AFP