BFM Business

Scénario alternatif pour Suez: Engie exige une "offre ferme et à un prix au moins égal à celui de Veolia"

Engie

Engie - Christophe Simon - AFP

Le fonds Ardian a fait part de son intérêt pour les parts de Suez détenues par Engie. Mais le groupe énergétique prévient qu'il n'examinera qu'une "offre ferme et à un prix au égal" à celui de Veolia.

Engie, grand actionnaire de Suez, a prévenu ce dimanche qu'il n'examinerait "une offre alternative" à celle de Veolia pour ses parts dans Suez "que s'il s'agit d'une offre ferme et à un prix au moins égal à celui de Veolia", en allusion à la lettre d'intention du fonds Ardian, qui a le soutien de Suez et des syndicats.

"Nous ne pourrons examiner une offre alternative que s'il s'agit d'une offre ferme et à un prix au moins égal à celui de Veolia", a déclaré une porte-parole d'Engie au sujet de l'offre alternative présentée par Ardian, pour l'instant une simple manifestation d'intérêt alors que l'offre à 3,4 milliards d'euros de Veolia, qui vaut jusqu'à lundi soir, est ferme et détaillée.

"Dépeçage"

La contre-proposition transmise mercredi à Engie par Ardian a pourtant les faveurs de Suez, des syndicats de l'entreprise mais aussi de l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg: elle "permet à Engie de céder à meilleur prix sa participation et de préserver l'intégrité de Suez", mais aussi "d'augmenter la participation des salariés dans l'actionnariat", a écrit Arnaud Montebourg dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Jean Castex.

Appelant le gouvernement à agir contre ce "dépeçage" d'un groupe plus que centenaire, qui risque de mettre en péril 4000 emplois, il a fustigé ce qu'il estime être "une distribution oligarchique d'avantages dans un cercle restreint d'amis privilégiés du pouvoir".

P.L. avec AFP