BFM Business

Rémunération de Ghosn : pas de fraude en 2017 et 2018, assure Renault

-

- - Daniel Roland - AFP

Le constructeur français a communiqué les premiers résultats de l’audit lancé en novembre dernier. « Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs » précise le groupe.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Carlos Ghosn. Jeudi soir, le groupe Renault a annoncé les premiers résultats de l’audit lancé en novembre dernier sur les rémunérations de son PDG. « La mission a examiné les éléments de rémunération des membres actuels du Comité Exécutif du Groupe Renault pour les exercices 2017 et 2018 et a conclu à leur conformité et à l’absence de fraude » affirme le communiqué, soulignant que cette conclusion avait été présentée, lors d’une « réunion d’information » qui s’est tenue ce jeudi soir. « Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs » précise Renault.

« Claude Baland, Senior Advisor Ethique et Compliance, et Eric Le Grand, Directeur Ethique et Compliance ont rappelé que cette mission de vérification est menée dans le cadre strict et précis des procédures de Compliance et d’Ethique du Groupe Renault, et qu’elle est menée par des experts internes issus de la Direction de l’Ethique / Compliance, assistés d’experts externes indépendants » poursuit le communiqué du groupe.

Vers une nouvelle mise en examen

Cette annonce intervient alors que la justice japonaise devrait rendre vendredi une décision sur l'avenir judiciaire du magnat de l'automobile, incarcéré au Japon depuis cinquante jours. Ce dernier est mis en examen pour dissimulation de revenus aux autorités boursières. Il est en outre accusé d'abus de confiance et pourrait être inculpé pour ce motif vendredi, date à laquelle prend fin sa garde à vue.

Ce jeudi, Libération affirmait en outre que Carlos Ghosn n'était plus résident fiscal en France depuis 2012 mais domicilié fiscalement aux Pays-Bas. L‘information a entrainé une vague de polémiques au sein du monde politique.

La rédaction avec AFP