BFM Business
Entreprises

Plan sobriété énergétique: ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

L'exécutif a dévoilé son plan pour réaliser 10% d'économies d'énergie cet hiver. Et fait comme prévu la part belle aux incitations.

Objectif: lisser les pics de consommation. Le gouvernement dévoile ce jeudi son plan "sobriété énergétique", ciblant à la fois les entreprises, le secteur public et les consommateurs.

Rappelant dans un document résumant les mesures que "la réduction de la consommation d’énergie est un objectif de long terme pour atteindre la neutralité carbone et sortir de notre dépendance aux énergies fossiles", Elisabeth Borne cite RTE: le gestionnaire de réseau explique dans ses prévisions qu'une réduction de 40% de la consommation énergétique française est nécessaire pour lutter contre le réchauffement d'ici à 2050. Le plan sobriété doit donc en incarner le premier jalon. Le tout sans véritable obligation, ou presque, pour les entreprises ou pour les consommateurs.

Côté consommateurs

Pour inciter à la sobriété ceux qui se permettront de chauffer sans compter cet hiver - la précarité énergétique touchait l'année passée 5,6 millions de foyers en France selon un calcul ministériel -le gouvernement veut miser sur un "bonus sobriété" qui ferait baisser les factures: plusieurs énergéticiens se sont engagés à offrir une prime aux ménages qui limitent leur consommation de gaz et d'électricité (comme Engie, ou EDF, qui réduira les tarifs en périodes creuses et surfacturera en période de pics).

Autre prime incitative: MaPrimeRenov'. Elle peut se monter à 9000 euros pour passer d'une chaudière au gaz à une pompe à chaleur en logement individuel; des aides permettent de ramené à 250 euros la charge de raccordement à un réseau collectif. 15.000 euros peuvent être débloqués pour installer une chaudière à granulés de bois en maison, et 9000 euros pour une pompe à chaleur air/eau. 2,5 milliards, en tout, seront investis en 2023 dans le dispositif.

Enfin, l'exécutif mise sur l'information: une "météo de l'électricité" sera lancée par RTE dans les médias, dont BFMTV.

Côté Etat et collectivités

Le gouvernement revendique son "exemplarité" et a pris plusieurs mesures concernant la fonction publique: le chauffage sera baissé de 19 à 18 degrés en cas de forte tension sur le réseau, et les horaires de travail pourront être décalés. 19 degrés étant la température maximale fixée partout, dans le public et dans le privé.

L'indemnité forfaitaire de télétravail sera aussi augmentée à hauteur de 15 % afin de couvrir l’augmentation des prix de l’énergie à partir de début 2023. Les trajets des agents publics ne devront pas non plus dépasser 110km/h.

Les collectivités sont pour leur part chargées de réduire la consommation de l'éclairage public, le nombre de mètres carrés chauffés, et la température des équipements sportifs, du chauffage des gymnases aux piscines.

Elles bénéficieront d'un "fonds vert" dès 2023, doté d'1,5 milliard d'euros, pour mener la transition écologique. Il doit les accompagner dans leur passage à l’éclairage LED - une des mesures les plus recommandées - ou dans leurs actions en matière de mobilité, comme l'appui au covoiturage. Elles recevront aussi des aides pour réaliser des audits et mener des projets sur l'éclairage public ou la rénovation des piscines.

Côté entreprises

Outre les mesures globales, comme celle plafonnant le chauffage à 19 degrés, les entreprises ne font pas l'objet d'injonctions, excepté le respect du décret paru en octobre, exigeant la fermeture des portes des commerces quand ils sont chauffés ou climatisés.

L'optimisation des éclairages, du chauffage des bâtiments - notamment en périodes creuses où quand le bâtiment est fermé - et des usages numériques, qui représentent 21% de la consommation, est encouragée.

A leur échelle, diverses industries recevant du public se sont engagées à des gestes les concernant: les commerces, les hôtels et restaurants, les congrès, les parcs à thèmes, les domaines skiables et les centres thermaux. L'économie de l'eau, du chauffage et de l'éclairage est au centre des plans respectifs.

Valentin Grille