BFM Business

Pierre Gattaz (Medef): "laissez-nous bosser en paix!"

Pierre Gattaz, le président du Medef, a jugé que le gouvernement français était "débordé".

Pierre Gattaz, le président du Medef, a jugé que le gouvernement français était "débordé". - -

Le président du Medef était l'invité de BFM Business, jeudi 14 novembre. Visiblement excédé par les "marqueurs anti entreprises" qui, selon lui, se succèdent, il a une nouvelle fois appeler le gouvernement à baisser le coût du travail.

Le Medef veut porter la révolte en France, mais de façon "positive". C'est le message qu'a voulu faire passer Pierre Gattaz, ce jeudi 14 novembre.
Invité de Good Morning Business sur BFM Business, le président de l'organisation patronale a de nouveau appelé le gouvernement à "faire confiance aux forces vives du pays", à savoir les entreprises.

Car si le dirigeant reste en phase avec le discours de l'exécutif, "il y a toujours des marqueurs anti entreprises qui ressortent à chaque projet de loi", selon lui.
"Les chefs d’entreprises que je rencontre me disent tous : 'laissez nous faire de l’économie, laissez-nous retrouver de la compétitivité Laissez-nous bosser en paix'", s'est-il exclamé.

La grève de l'impôt, "pas une solution" pour Gattaz

Interrogé sur la fronde sociale, et notamment celle menée par les artisans, Pierre Gattaz a défendu son organisation. "On n’est pas débordé, c’est le gouvernement qui est débordé", a-t-il assuré.

"La France est une cocotte-minute. Le Medef, lui, fait des propositions. Il canalise cette colère et veut transformer cette énergie négative en énergie positive", a-t-il encore affirmé. Dans ce contexte, une grève de l'impôt "n'est pas une solution", même si le dirigeant dit "comprendre la souffrance" des chefs d'entreprises.

Faut-il alors, pour les soulager, annuler la hausse des taux de TVA prévue le 1er janvier prochain? Pas vraiment, selon le "patron des patrons". Selon lui, cette hausse n'est pas injustifiée, mais "elle doit être utilisée pour financer la baisse du coût du travail".

En outre, Pierre Gattaz a réagi au "plan de résistance économique", présenté la veille par Arnaud Montebourg, et qui prévoit une aide pour les entreprises en difficultés. Le président du Medef a ainsi botté en touche: "c’est un pansement qui est peut-être utile pour des entreprises qui ont des problèmes de trésorerie. On revient au problème fondamental du pays, il faut retrouver de la compétitivité".

|||sondage|||1348

Y. D.