BFM Business

Petroplus : toujours pas d'offre ferme à l'approche du couperet

-

- - -

Il n'y avait pas lundi soir d'« offre de reprise ferme et définitive » du site Petroplus de Petit-Couronne, mais des repreneurs potentiels y travaillent. Alors que l'heure limite de dépôt reste fixée mardi à 17h, Jean-Marc Ayrault confirme que le gouvernement est prêt à prendre « une participation minoritaire ».

Il n'y avait pas lundi soir d'« offre de reprise ferme et définitive » du site Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen en Seine-Maritime, mais des repreneurs potentiels travaillaient encore mardi à trouver une solution, a affirmé une source proche du dossier.
Lundi soir, au moment où se tenait une réunion entre l'intersyndicale et des conseillers du Premier ministre, et à moins de 24 heures de l'expiration du délai fixé par la justice pour le dépôt des dossiers de reprise, aucune des offres sur la table ne comprenait un plan de financement satisfaisant, selon cette source, qui a précisé toutefois que des repreneurs allaient travailler toute la journée.

Le gouvernement prêt à participer en cas d'offre crédible

En déplacement à Bangkok, en Thaïlande, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé mardi en début d'après-midi que le gouvernement se tenait prêt « à prendre une participation minoritaire [dans Petroplus] s'il y a une offre crédible ».
De son côté, Yvon Scornet, le porte-parole de l'intersyndicale, qui manifestait à la mi-journée devant l'usine Petroplus dans la banlieue de Rouen, affirmait que « toutes les discussions » qu'il avait « eues avec les candidats montrent qu'il y aura des dossiers » de reprise. Mardi matin, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait souligné que le gouvernement attendait « plusieurs offres » et, si offre il y avait, l'Etat serait prêt à prendre une participation « minoritaire ».

Alexandre Le Mer avec AFP