BFM Business

Pas de démantèlement en cas de changement de gouvernance, promet Arnaud Lagardère

Le groupe Lagardère ne cédera aucune activité si les discussions en cours avec ses principaux actionnaires pour le transformer en société anonyme aboutissent, a assuré ce mardi Arnaud Lagardère.

Le groupe Lagardère est prêt à déverrouiller le contrôle de son groupe en étudiant sa transformation en société anonyme. Un bouleversement de gouvernance qui ferait perdre à son patron Arnaud Lagardère le contrôle absolu du groupe hérité de son père, propriétaire d'Hachette Livre et de plusieurs médias dont Europe 1 et Paris Match.

Lors de la présentation du chiffre d'affaires du premier trimestre aux analystes financiers ce mardi, Arnaud Lagardère a assuré ce mardi que "le nouveau groupe" qui serait "issu d'un accord inclura tous les actifs actuels du groupe", rapporte Reuters.

Je veux être très clair: nous nous dirigeons vers un accord où toutes les activités et actifs resteront dans le groupe", a déclaré le gérant-commandité, "optimiste" mais sans "aucune certitude" sur l'issue de ces négociations qui doivent mettre fin à son contrôle absolu sur le groupe hérité de son père.

Ce qui signifierait qu'en cas de changement de gouvernance, il n'y aurait pas de cession d'actifs.

Le groupe français est au centre d'une bataille pour mettre fin au statut de gérant d'Arnaud Lagardère, qui le rend indéboulonnable, bien qu'il ne détienne que 7% du capital de son entreprise. La commandite est un rempart contre les prises de contrôle actionnariale car elle donne aux associés-commandités un pouvoir quasi-total sur le groupe. La fin de ce statut est une demande de longue date du plus fervent détracteur d'Arnaud Lagardère, le fonds britannique Amber Capital.

P.D. avec AFP