BFM Business

Nouveau recul de la consommation en février

LA CONSOMMATION DES MÉNAGES

LA CONSOMMATION DES MÉNAGES - -

PARIS - La consommation des ménages français en produits manufacturés a reculé en février pour le deuxième mois consécutif, renforçant le scénario...

PARIS (Reuters) - La consommation des ménages français en produits manufacturés a reculé en février pour le deuxième mois consécutif, renforçant le scénario d'une croissance faible en début d'année.

Les achats des ménages en produits manufacturés, qui représentent un quart de leur consommation totale de biens et services, ont baissé de 1,2% en février après une chute de 2,5% (-2,7% en première estimation), selon des données publiées jeudi par l'Insee. Sur un an, ils demeurent en progression de 1,6%.

Dix-neuf économistes interrogés par l'Insee s'attendaient en moyenne à un rebond de +0,3% en février, leurs estimations s'échelonnant de -1,5% à +2,0%.

Les dépenses en automobiles se sont repliées de 1,5% en février après l'effondrement de janvier (-16,4%) en réaction à la baisse de la prime à la casse depuis le 1er janvier qui avait entraîné des achats par anticipation à la fin 2009.

Les achats en textile-cuir accusent un recul de 5,4% en février par rapport au mois précédent et s'inscrivent en baisse de 0,6% sur un an.

"Cette baisse est en partie imputable à la modification du calendrier des soldes dont le nombre de semaines fixes sur les deux premiers mois de l'année a été ramené à 5 contre 6 jusqu'en 2008, explique l'Insee.

MOINS DE DÉPENSES SUPERFLUES

"Devant l'incertitude conjoncturelle et face à un marché du travail qui continue de se dégrader, les Français renoncent aux dépenses superflues", avance pour sa part Alexander Law, économiste à l'institut Xerfi.

"Le chômage continue d'augmenter, les salaires stagnent, les prix grignotent le pouvoir d'achat et les Français sont tentés de reconstituer une épargne de précaution conséquente", poursuit-il.

Le nombre de demandeurs d'emploi a continué d'augmenter, bien qu'à un rythme nettement ralenti, au mois de février (+0,1% et +3.300 personnes), selon les chiffres publiés mercredi par le ministère de l'Economie et Pôle Emploi.

L'indice du salaire mensuel de base a progressé de seulement 0,2% au quatrième trimestre 2009 par rapport au trimestre précédent, sa progression annuelle revenant à 1,9% à fin 2009, au pus bas depuis le milieu des années 2000, selon des données définitives publiées vendredi par la Dares.

Enfin l'inflation s'est tendue en février avec une hausse des prix à la consommation de +0,6% sur le mois, leur plus forte hausse depuis mars 2008.

"En glissement trimestriel, la consommation des ménages en produits manufacturés revient à +0,1% à fin février contre +2,3% en janvier et +3,2% à fin 2009", relève Joos Beaumont, économiste chez Fortis Bank.

"Même un net rebond en mars ne permettra pas d'éviter une baisse (de la consommation) au premier trimestre et les conditions défavorables du marché de l'emploi continueront de déprimer la consommation pendant la plus grande partie de cette année", ajoute-t-il.

"La baisse de la consommation française en février en appelle d'autres, tant la conjoncture et dégradée", renchérit Alexander Law qui rappelle que Xerfi ne s'attend pas à une croissance de l'économie française supérieure à 0,6% cette année.

Marc Joanny, édité par Sophie Louet