BFM Business

Nicole Bricq: "Il faut simplifier la vie des entreprises"

Nicole Bricq était l'invité de Good Morning Business sur BFM Business, ce mercredi 10 juillet.

Nicole Bricq était l'invité de Good Morning Business sur BFM Business, ce mercredi 10 juillet. - -

Invitée de l’émission Good Morning Business, la ministre du Commerce Extérieur, Nicole Bricq a défendu son projet de réforme des soutiens publics à l’export. Avec deux objectifs : simplifier les démarches pour les entreprises et faire des économies.

"Mon objectif est de fédérer les différents acteurs sous une barrière unique, que chacun trouve sa place et qu’ils agissent en complémentarité", a expliqué Nicole Bricq, ce mercredi 10 juillet, sur BFM Business. La ministre du Commerce Extérieur avait annoncé la veille la mise en place d’une bannière unique pour le dispositif de soutien public à l’export qui "comporte de nombreux opérateurs, souvent dispersés et quelque fois même concurrents".

Avec la création d’une bannière unique, Nicole Bricq souhaite remplir un double-objectif. Tout d’abord, simplifier la vie des entreprises, qui "n’ont pas le temps et les moyens de chercher le bon interlocuteur dans l’ensemble des acteurs". "Le deuxième message, c’est aussi de rationnaliser l’ensemble des moyens, et à terme, cela fera faire des économies", a poursuivi la ministre.

Selon elle, la région Bretagne, présente sous une étiquette unique à l’étranger, est un exemple de réussite. "Il faut qu’on arrive à développer ce modèle partout sur le territoire pour que ce soit plus lisible, que quand on arrive sur un salon international, on repère tout de suite les Français", a-t-elle expliqué.

"Pas de distinguo" entre les PME et les grandes entreprises

La ministre du Commerce extérieur a également relancé son appel aux PME pour venir avec elle en Birmanie. Elle rejette tout favoritisme en direction des grands groupes du CAC 40. "J’emmène toujours une vingtaine de PME avec moi lors de mes déplacements, défend-elle, je ne fais pas de distinguo avec les grands groupes".

"La Birmanie, c’est un pays qui s’ouvre, y compris à la démocratie, et tout est à faire", a détaillé la ministre, citant l’exemple d’un appel d’offre pour le réseau de télécommunications, pour lequel Orange est arrivé troisième, derrière des sociétés chinoise et qatarie.

Dans l’avenir, après l’Asie du Sud-Est, Nicole Bricq souhaite se concentrer sur l’Afrique. La ministre du Commerce Extérieur veut promouvoir les entreprises françaises sur un marché de plus de 150 millions d’habitants: la Cote d’Ivoire, francophone, et le Ghana et le Nigeria, deux pays anglophones.

BFMbusiness.com