BFM Business

Mory Ducros: le gouvernement veut sauver 2.000 emplois

Mory Ducros dépose le bilan, la CFDT craint de l'ordre de « 2 000 à 3 000 suppressions d'emplois ».

Mory Ducros dépose le bilan, la CFDT craint de l'ordre de « 2 000 à 3 000 suppressions d'emplois ». - -

Le groupe Mory Ducros, qui emploie 5 000 salariés, a annoncé vendredi son dépôt de bilan. Le 1er ministre a annoncé que le gouvernement allait chercher des solutions, mais les syndicats craignent la suppression de milliers d'emplois.

C’est l’un des plus importants dépôts de bilan depuis celui de Moulinex en 2001. L'entreprise de transport de colis Mory Ducros, 5 000 salariés, a annoncé vendredi sa prochaine cessation de paiement. Quinze jours après FagorBrandt, le numéro deux français de la messagerie demande à son tour son placement en redressement judiciaire et mise désormais sur un repreneur. Le transporteur a fait cette annonce aux représentants du personnel lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. « La semaine prochaine, nous ferons une déclaration de cessation des paiements et demanderons au tribunal de commerce de Pontoise d'ouvrir une période d'observation dans le cadre d'une procédure de redressement judiciaire », a déclaré à la presse son président André Lebrun.

« On aura un carnage »

En déplacement à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), le Premier ministre Jean-Marc Ayrault s'est dit « très attentif » à la situation de Mory Ducros et assuré que le gouvernement cherchait « toutes les solutions site par site » et serait « totalement mobilisé ». « Tout va être mobilisé, tout va être étudié: d'abord comment consolider le maintien d'un niveau d'activité sur l'entreprise qui doit se traduire par la perspective du sauvetage de 2 000 emplois au moins et regarder comment nous pouvons, site par site, assurer la reprise ou l'offre d'emplois à ceux qui seront victimes de ce plan tel qu'il a été annoncé », a dit le ministre des Transports Frédéric Cuvillier. 

« Il y a des manifestations d'intérêt, mais pas de proposition exprimée », a dit le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, qui n'a pas donné plus de détails sur les repreneurs potentiels.

« 2 000 à 3 000 suppressions d'emplois » ?

Pour Martial Brancourt, représentant CGT au CE, « la situation est catastrophique et des suppressions d'emplois seront inévitables ». « On aura un carnage », a-t-il dit. De son côté, Fabian Tosolini, secrétaire national de la Fédération des transports de la CFDT, premier syndicat, a estimé que cette annonce déclenchait « une course contre la montre devant le tribunal » afin de préserver « le maximum d'emplois ».

Renforçant les inquiétudes grandissantes depuis plusieurs semaines, la CFDT avait affirmé mercredi craindre de l'ordre de « 2 000 à 3 000 suppressions d'emplois ». Le groupe, qui espère trouver un repreneur, considère « vraiment prématuré d'évoquer un nombre de suppressions d'emplois ».
En 2001, à la suite du dépôt de bilan de Moulinex (5 500 personnes) et de la reprise partielle de son activité par son concurrent SEB, 3 300 personnes étaient restées sur le carreau.

Le titre de l'encadré ici

|||Plus d'infos sur BFMBusiness.com

La rédaction