BFM Business

Mory Ducros: la CFDT signe l'accord

L'offre de reprise d'Arcole Industries propose de conserver 2.210 emplois et 50 sites de Mory Ducros.

L'offre de reprise d'Arcole Industries propose de conserver 2.210 emplois et 50 sites de Mory Ducros. - -

Le syndicat majoritaire a finalement avalisé le projet de reprise de Mory Ducros présenté par Arcole Industries, ce mardi 4 février. Le plan prévoit la sauvegarde de 2.210 emplois sur 5.000.

La CFDT, syndicat majoritaire chez Mory Ducros, a cédé à la pression. Elle a accepté d'avaliser le projet de reprise de la société de transports par Arcole Industrie, ce 4 février. Le repreneur potentiel a retiré de son offre la clause suspensive qui constituait un casus belli avec la CFDT.

Arcole conditionnait le maintien de son offre à la signature par les syndicats d'un accord majoritaire sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). La CFDT refusait de signer si cette clause était activée. Selon Arcole, ce rejet du syndicat majoritaire risquait de rendre son projet de reprise "irrecevable" devant les juges. Ce qui faisait planer un risque de liquidation sur Mory Ducros.

Le projet, examiné ce mardi par le tribunal de Pontoise, prévoit en outre de reprendre la société Mory Ducros, en conservant 2.210 emplois sur les 5.000 que compte la société, et 50 agences. Il prévoit également de revoir à la hausse les indemnités supra-légales pour les salariés qui seront licenciés : elles passaient de 21 à 30 millions d'euros au total, soit 10.000 euros par salarié au lieu de 7.000 euros.

Un collectif de salariés pour défendre l'offre d'Arcole

Les salariés assurés d'être repris avait monté un collectif, dit des "2.210" pour exhorter "les organisations syndicales" à avaliser l'offre d'Arcole. Leur message: soit on sauve 2.200 emplois, soit on en détruit plus de 5.000.

La société Mory Ducros, spécialiste du transport routier, a été placée en redressement judiciaire en novembre 2013. L'entreprise est née il y a un peu plus d'un an de la fusion de deux sociétés qui n'ont jamais su s'accorder. Les rivalités compliquent aujourd'hui les relations sociales au sein de l'entreprise. Les ex-Ducros étaient mieux payés, et selon la CFDT, davantage ciblés par le plan social.

Les mouvements de grève se sont multipliés sur les différents sites du groupe. Conflit qui ont pris fin quand Arcole a décidé d'augmenter les indemnités pour les salariés qui vont perdre leur emploi. Le gouvernement s'est par ailleurs engagé à reclasser 1.000 salariés de Mory Ducros dans d'autres entreprises de transport, et 500 autres à la RATP ou à La Poste.

Isabelle Gollentz