BFM Business

Masques, gel... les petits commerçants réclament un meilleur accès aux moyens de protection

L'expérimentation va se tenir dans quatre régions.

L'expérimentation va se tenir dans quatre régions. - Alain Jocard- AFP

Dans un communiqué, la Confédération des commerçants de France sollicite "en urgence un soutien sanitaire de l'Etat" et regrette qu'il n'y ait toujours pas de "protections efficaces pour les commerces ouverts".

Buralistes, poissonniers, chauffeurs de taxi: la Confédération des commerçants de France (CDF) se dit "très inquiète" pour la santé des chefs d'entreprises et salariés de ses adhérents et réclame un meilleur accès aux protections contre le coronavirus.

"Plus de trois semaines d'ouverture dans un contexte de pandémie du Covid-19 et toujours pas de protections efficaces pour les commerces ouverts", s'inquiète la CDF dans un communiqué transmis ce mercredi à l'AFP. La CDF rassemble 19 fédérations du commerce et de l'artisanat commercial, soit 450.000 entreprises. Parmi celles-ci, des commerces autorisés à ouvrir malgré le confinement et d'autres ayant dû fermer. 

"Les fédérations adhérentes Culture Presse, la Fédération des buralistes de l'Ile-de-France, Oise et Seine-Maritime, le Groupement National des indépendants (GNI), l'Union nationale des Taxis (UNT), l'Organisation des Poissonniers Ecaillers de France (OPEF), représentent des métiers particulièrement au contact des consommateurs et clients", rappelle la CDF.

"En première ligne"

Ces professionnels "demandent depuis plus de trois semaines une protection de la part de l'Etat ou a minima un accès facilité aux protections", gel hydroalcoolique et masques notamment. La Confédération sollicite "en urgence un soutien sanitaire" auprès de l'Etat, demandant notamment de "connaitre les coordonnées précises où les commerçants pourront se fournir en matériel, pour assurer la protection de toutes et tous".

"Ces commerçants et professionnels sont, après le personnel médical, en première ligne et n'ont pas les armes pour se défendre dans un contexte de pandémie sans précédent", plaide encore la CDF.
P.L avec AFP