BFM Business

Masque obligatoire en entreprise: Elisabeth Borne n'exclut pas des dérogations

Elisabeth Borne le 10 mai 2020 à Paris

Elisabeth Borne le 10 mai 2020 à Paris - Thomas SAMSON © 2019 AFP

La ministre du Travail a indiqué qu'il sera possible pour les entreprises de déroger au port obligatoire du masque pour ses salariés dans des situations qui restent à préciser.

À chaque règle ses exceptions, même celle-ci. Invitée ce matin sur Europe 1, Elisabeth Borne a expliqué que l'obligation du port du masque en entreprise pourrait faire l'objet de dérogations "pour les activités pour lesquelles c'est très pénalisant".

"Je souhaite que l'on puisse regarder les dérogations qui seront possibles à la fois pour les activités pour lesquelles c'est très pénalisant, mais aussi quand on voit qu'on a d'autres façons de se protéger, lorsque la distanciation physique est amplement respectée", explique la ministre du Travail.

L'avis du Haut conseil de la santé publique attendu d'ici vendredi

Si Elisabeth Borne dit attendre "vendredi au plus tard" la réponse du Haut conseil de la santé publique (HCSP) sur ces possibles exceptions, elle a évoqué l'éventuelle possibilité de ne pas porter de masque dans un studio de radio ou sur les plateaux TV mais également lorsque l'espace entre chaque collaborateur est amplement suffisant et que la distanciation physique est correctement respectée.

En dehors de ces hypothèses sur lesquelles le HCSP doit se prononcer, la ministre a confirmé que le non port du masque dans les entreprises à compter du 1er septembre peut conduire à des "avertissements" et des "sanctions".

"C'est une responsabilité pour les entreprises", a souligné Elisabeth Borne.

Conseiller, accompagner et contrôler

La ministre du Travail affirme néanmoins vouloir "faire confiance aux entreprises, aux partenaires sociaux qui sont bien conscients que c'est la reprise qui se joue". Une démarche pédagogique et préventive pour faire appliquer cette règle aux salariés qui, en cas de non port du masque, pourraient être sanctionnés.

"C'est une faute comme tout non-respect d'un règlement intérieur dans une entreprise mais chacun doit d'abord se dire que c'est sa responsabilité pour se protéger, protéger ses collègues et ses proches"

Confiance aveugle? Pas vraiment. Pour faire appliquer cette mesure, Elisabeth Borne a assuré que "les services du ministère du Travail seront présents pour conseiller, accompagner et contrôler le bon respect de ces gestes barrières".

Hugues Garnier Journaliste BFMTV