BFM Business

Malgré la crise sanitaire, 55% des entreprises françaises continuent d'exporter

Plus de la moitié des groupes français continuent d'exporter malgré la crise sanitaire

Plus de la moitié des groupes français continuent d'exporter malgré la crise sanitaire - AFP

En dépit du manque de visibilité et des problèmes logistiques, plus de la moitié des groupes français poursuivent leur activité à l'export.

Cela peut sembler étonnant à l'heure du "Grand confinement" (terme popularisé par le FMI), qui plonge la plupart des grandes économies européennes à l'arrêt ou presque mais plus d'un groupe français sur deux continuent d'exporter. C'est la conclusion étonnante du "baromètre de l'activité internationale des entreprises françaises - période Covid-19" publié par Team France Export, qui se définit comme "le rassemblement de toutes les solutions publiques proposées par les régions, les services de l’Etat, Business France, les Chambres de Commerce et d’Industrie et Bpifrance pour faire gagner les entreprises françaises à l’international".

L'enquête a été menée sur 2.619 entreprises entre le 30 mars et le 10 avril. Parmi celles-ci, 44% déclarent avoir une "forte part d'export", ce qui signifie qu'elle réalisent plus de 30% de leur chiffre d'affaires à l'export, quand 56% déclarent une "faible part". Sur les 2.192 à avoir indiqué à Team France Export si elles poursuivaient leur activité à l'export, 1.209 (soit 55%) ont répondu par l'affirmative, alors que 983 ont cessé d'exporter.

Si plusieurs raisons sont évoquées par ces entreprises pour justifier l'arrêt de leur activité à l'export, certaines reviennent plus régulièrement comme le manque de visibilité (pour 38% d'entre elles) et les problèmes logistiques ou "capacité à expédier des commandes export ante-Covid et à s’approvisionner à l’import de pièces ou demi-produits" (20%). Sont aussi souvent mentionnées la baisse rapide de commandes en provenance de l’étranger (19%) et les difficultés financières (18%). Loin derrière, seulement 3% des entreprises constatent des difficultés liées à des contrats arrêtés ou gelés et 2% relèvent des difficultés douanières.

Parmi les entreprises qui poursuivent leur activité d'exportation, le tableau n'est pas si rose non plus puisque 29% d'entre elles se plaignent également d'un manque de visibilité. Elles sont en outre plus confrontées aux problèmes logistiques réels (30%) que les entreprises qui ont stoppé leur activité.

QS