BFM Eco

Les pilotes d'Air France prêts à laisser Transavia opérer des vols intérieurs

Des négociations ont début chez Transavia

Des négociations ont début chez Transavia - Kenzo Tribouillard- AFP

Le principal syndicat des pilotes d'Air France-Transavia est entré en négociations avec la direction pour laisser la filiale low cost opérer des vols sur le réseau domestique en récupérant notamment des liaisons aujourd'hui assurées par la compagnie régionale Hop!.

Air France pourrait revoir son offre sur le réseau domestique. Auditionné le 22 avril dernier au Sénat, le directeur général d’Air France-KLM, Ben Smith, avait émis l’hypothèse de retirer de l'aéroport d'Orly Hop!, la filiale régionale de la compagnie nationale, et "d’utiliser d’autres outils d’Air France", pour assurer certaines liaisons entre les grandes villes de l’Hexagone. 

L’alternative envisagée serait de permettre à Transavia, sa filiale low cost, de réaliser ces vols "point-à-point" depuis Orly, selon une information de nos confrères de La Tribune. Le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) d’Air France-Transavia serait entré en négociations avec la direction pour discuter de cette option. 

Nouvel accord en vue

Actuellement, un "accord de périmètre" entre la maison-mère et sa filiale à bas coûts interdit à cette dernière d’opérer des vols long-courriers, d’utiliser l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle et de voler sur le réseau domestique pour ne pas marcher sur les plates-bandes d’Air France. 

Cette dernière restriction pourrait donc être levée dans le cadre d’un nouvel accord. Objectif: remettre d'aplomb le réseau domestique, qui a accusé 200 millions d’euros de perte d’exploitation l’an passé. L’une des options mises sur la table serait de transférer à Transavia certaines petites lignes régionales aujourd’hui opérées par Hop! depuis Orly. La filiale régionale se concentrerait alors sur l’alimentation des vols des hubs de Roissy-Charles de Gaulle et de Lyon, tandis que Transavia serait mieux armée pour concurrencer Easyjet, Volotea et Ryanair qui assurent déjà des vols intérieurs en France. 

Les syndicats s’interrogent néanmoins sur la viabilité de cette option compte tenu de la taille du marché et de la capacité peut-être disproportionnée des avions de Transavia (180 sièges) -contre 100 sièges actuellement pour Hop!- pour réaliser ces liaisons. A moins que Transavia ne remplace Air France sur "La Navette", le service qui exploite les plus grandes lignes intérieures vers les villes du Sud comme Nice, Toulouse, Montpellier et Bordeaux. Mais ces liaisons sont prisées par la clientèle affaires qui est très attachée à l’image plus prestigieuse d’Air France. 

Une autre solution consisterait à déplacer vers Roissy les petites lignes domestiques aujourd’hui assurées à Orly par Hop!. Cela permettrait de libérer des créneaux horaires pour Transavia et donc de renforcer son offre en Europe face à Ryanair et easyJet. 

Paul Louis