BFM Business

Le patron d'Amazon France répond aux attaques

Centre Amazon

Centre Amazon - Thomas SAMSON - AFP

Alors que les anti-Black Friday dénoncent la surconsommation et ses effets sur le climat, le directeur général d'Amazon France répond aux accusations.

Les militants écologistes étaient mobilisés vendredi pour dénoncer la surconsommation et ses effets sur le climat à l'occasion du Black Friday. Leurs cibles? Des centres commerciaux et grands magasins mais aussi et surtout Amazon.

Le géant mondial du commerce en ligne a été visé par plusieurs actions à Paris, Lyon ou encore sur le site de Flers-en-Escrebieux près de Douai. Le directeur général d'Amazon France, Frédéric Duval, répond aux critiques ce samedi dans une interview accordée au journal Le Parisien.

Le patron du groupe refuse de parler de "surconsommation", et estime qu'il s'agit juste de "consommation". "Nous proposons aux gens des offres intéressantes, compétitives avant Noël pour qu'ils puissent faire plaisir à leurs familles, leurs amis. Nous permettons de donner du pouvoir d'achat aux Français. Si j'ai bien compris, le ministre de l'Economie s'en félicite". 

7900 emplois détruits par Amazon en 2018?

Cette semaine, l’ex-secrétaire d’Etat au numérique et député LREM, Mounir Mahjoubi, a publié une note d’analyse dans laquelle il estime à 7900 le nombre d’emplois détruits en France en 2018 par Amazon. En d'autres termes, pour un emploi créé chez Amazon, le commerce de proximité perdrait 2,2 emplois. 

Des accusations que Frédéric Duval balaie d'un revers de main: "Oui, certaines personnes s'amusent à faire des acrobaties mathématiques. Ce sont des extrapolations d'études américaines qui datent de 2016 et qui ont été contredites depuis.". Et d'ajouter: "Selon la Direction générale des entreprises, le secteur du commerce a crée plus de 100.000 emplois en trois ans. D'après l'Insee, l'emploi dans le commerce a augmenté de 20% depuis 2000. Or, c'est l'année où Amazon est arrivé en France!".

Le directeur général d'Amazon France assure par ailleurs que le groupe a investi 2 milliards d'euros depuis 2010 pour la création de nouveaux sites dans l'Hexagone. Quant aux impôts payés en France par le géant américain, Frédéric Duval se montre plus discret: "Amazon paie ses impôts en France mais le montant fait partie du secret fiscal". 

Concernant le climat, le directeur général défend son groupe, assurant être la seule entreprise au monde à avoir pris l'engagement d'atteindre les objectifs des accords de Paris pour 2050 dès 2040. "En 2030, la société tournera exclusivement avec des énergies renouvelables".

Sandrine Serais