BFM Business

Le gouvernement promet "beaucoup plus que 3 milliards d'euros pour les PME-TPE"

-

- - Pixabay

Alors que Bruno Le Maire avait évoqué cette somme, dans le cadre du plan de relance, le nouveau ministre délégué aux PME-TPE, Alain Griset, a assuré que ces 3 milliards d'euros étaient spécifiquement réservé aux entreprises désireuses "d'investir".

Le plan de relance de l'économie française attribuera "beaucoup plus de que trois milliards d'euros aux PME-TPE", ce chiffre dévoilé par Bruno Le Maire étant spécifiquement réservé aux entreprises désireuses "d'investir", a assuré vendredi Alain Griset, ministre délégué aux PME.

Le ministre de l'Economie "a indiqué 3 milliards spécifiques pour accompagner les PME qui voudraient investir sans mettre en danger leur situation", a expliqué Alain Griset, au micro de CNews. "Naturellement, il y aura beaucoup plus pour les TPE-PME qui représentent 95% de l'économie française".

Le ministre reconnaît toutefois être encore dans l'incapacité de "totalement chiffrer" le montant de l'enveloppe dévolue aux acteurs du tissu économique national. 

Pas de retour à la normale avant 2022

"Aux côtés de Bruno Le Maire, on va tout faire pour que chaque entreprise puissent bénéficier de ces outils", assure-t-il encore alors que le retour aux niveaux d'activités économiques pré-coronavirus n'est pas attendu avant "2022".

Dans les entreprises, le ministre délégué assure par ailleurs que les règles concernant le port du masque pourraient être amenées à "évoluer" prochainement. "Quand il y a un risque en entreprise, il faut le regarder. Des guides de bonnes pratiques ont été mis en place, ils doivent peut-être évoluer. Des rencontres vont se passer dès aujourd'hui avec les partenaires sociaux pour voir de quelle manière il faut, dans telle ou telle situation, obliger les salariés, les entrepreneurs et les clients à porter le masque".

Reconfiner serait "mettre le pays à genoux"

Selon lui, le milieu de l'entreprise est vecteur "à 20%" de la propagation du virus, le reste étant provoqué par des "clusters familiaux, des rencontres ou des fêtes". "Un certain nombre de personnes n'ont pas encore pris la mesure du virus, en particulier les plus jeunes, on le voit avec ces fêtes complètement illégales", a-t-il encore déploré.

"De façon globale, le masque est souvent porté en entreprise. Mais il n'y a pas besoin de porter le masque s'il n'y a personne autour. Les choses se font au fur et à mesure. Il faut une garantie sanitaire et une économie qui reprenne", a-t-il poursuivi. "Il ne faut pas reconfiner, car cela a été une épreuve très difficile et se serait mettre le pays à genou", a-t-il encore appelé.

Le plan global de relance de l'économie, dont les grandes lignes ont été dévoilées mi-juillet pour un montant d'environ 100 milliards d'euros, doit être présenté le 25 août.

TL, avec AFP