BFM Business

Le Français qui a créé les deux plus grands sites pornos du monde sort pour la première fois de son silence

XVideos et XNXX, deux des plus grands sites pornos du monde, sont dirigés par un Français, Stéphane Pacaud

XVideos et XNXX, deux des plus grands sites pornos du monde, sont dirigés par un Français, Stéphane Pacaud - BFMTV - Xvidéos

Stéphane Pacaud, ce Français propriétaire entre autres du site XVideos qui génère plus d'audience qu'Amazon dans le monde, sort pour la première fois de sa réserve pour BFMTV.com et défend son business très critiqué.

Monsieur X sort de l'ombre. Ce Français de 40 ans qui vit à Prague depuis 10 ans a créé un empire du porno sur Internet. Ses sites stars, XVideos et XNXX, font chacun plus d'audience qu'Amazon.com ou Netflix. Pourtant, l'homme reste invisible et n'a jamais accordé d’interview à la presse. Jusqu'à ce week-end, où il a voulu répondre à différents points de notre article publié ce samedi.

L'homme, dont on ne connaît pas le visage, n'a pas souhaité nous envoyer de photo de lui et ne veut communiquer que par Skype. "Email, tel, twitter, c'est pas mon truc", assure-t-il.

Les raisons d'une discrétion

"La raison principale qui fait que je préfère être discret est tout simplement que je me moque totalement de me faire connaître. Je me moque totalement de cette pratique où les chefs d'entreprises doivent se transformer en showmen pour présenter leurs nouveaux produits commerciaux. Je n'ai aucune confiance, ni aucun respect, pour les médias et leur incompétence car je n'ai jamais vu à ce jour un seul article ayant trait au porno qui n'ait pas été bourré d'erreurs, cherchant souvent du sensationnalisme sans jamais vérifier les informations publiées."

Il a ainsi refusé toutes les sollicitations de la presse mondiale jusqu'à présent. Et s'il tient à rester invisible c'est aussi parce qu'il a d'autres activités et qu'il ne semble pas vouloir brouiller son image.

"Une autre raison d'être discret, c'est que je ne travaille pas que dans le porn, mais aussi dans les jeux vidéo. Je ne suis pas du tout un féru d'informatique et tous les gadgets modernes montés en épingle à coup de shows me donnent plutôt envie de les détruire à coup de marteau."

"Vous avez sans doute rarement eu affaire à quelqu'un qui travaille autant que moi"

Concernant son image de geek qui passe son temps à jouer aux jeux vidéos, là encore il dément.

"Il faudrait être extraordinairement doué pour passer son temps à jouer tout en gérant un site comme XVideos qui demande une attention permanente - chaque jour apportant son lot de nouveaux problèmes. Or, je m'occupe directement d'un grand nombre de gros projets en plus de celui-ci et il n'y a personne d'autre pour faire mon travail. Vous avez sans doute rarement eu affaire à quelqu'un qui travaille autant que moi."

Concernant l'anecdote racontée par The Economist selon laquelle il aurait refusé une offre de rachat de son rival Mindgeek car il jouait au jeu vidéo Diablo 2, le Français confirme. "L'échange a bien eu lieu. Je lui ai dit que j'étais occupé et donc pas le temps de lui dire 'oui' ou 'non'", confirme-t-il.

"Ça m'a semblé être une bonne approche pour qu'il me lâche la grappe. J'avais même anticipé que ça sorte dans les médias et ça ne me pose pas de problème, c'est assez amusant."

"Quelle différence faites-vous entre Youtube et les 'porn tubes'?"

Très critiqué sur la légalité de ses activités et la protection des mineurs, Stéphane Pacaud tient à répondre point par point.

D’abord, en ce qui concerne la légalité de ses sites qui sont libres d'accès et sans condition d'âge. La loi française interdit d'exposer délibérément les mineurs à du contenu pornographique et punit jusqu’à 3 ans de prison (article 227.24 du code pénal) les contrevenants. Mais Stéphane Pacaud nous l'assure pourtant: "Ces sites ne sont absolument pas illégaux en France, ni en Europe, ni en Amérique du Nord." Avant de nous interroger: "Quelle différence faites-vous entre Youtube et les 'porn tubes' (le nom des sites gratuits de vidéos pornos comme YourPorn ou XVideos, NDLR)?"

Ses sites sont également dans le collimateur du milieu de la production pornographique qui estime que les tubes piratent leur contenu. "Une critique courante, mais totalement fausse, est que nous avons provoqué un désastre dans l'industrie à cause du piratage", nous répond Stéphane Pacaud. "Tout d'abord, la révolution du streaming n'a pas été initiée par nous, même si on l'entend parfois. Nous nous sommes trouvé comme tout acteur du milieu internet dans la position habituelle du "adapt or die" (XNXX était le plus gros site de cette époque et travaillait main dans la main avec les studios). Cela étant dit, nous avons très rapidement (depuis bientôt 10 ans) adopté des mesures drastiques pour empêcher le piratage. Nous avons été les tout premiers au monde à proposer cette technologie dans l'industrie adulte. Si tous les sites offraient ce genre de protection, il n'y aurait plus de piratage du tout. C'est pour cette raison que les législateurs dans de nombreux pays ont cherché à rendre de telles mesures obligatoires."

Stéphane Pacaud ne restera pas silencieux

Et alors que la Grande-Bretagne s'apprête à prendre des mesures draconiennes concernant l'accès de ces sites aux mineurs mettant en danger ses activités, l'entrepreneur français estime que ce sera contre-productif.

"Les mesures à venir vont être un immense fiasco, puisqu'elles ne concerneront pas tous les réseaux sociaux et moteurs de recherche, alors que c'est précisément sur ceux-ci que les enfants ont le plus de chances de tomber accidentellement sur du porno. Qui plus est, elles ne concerneront pas non plus des millions de sites 'adulte' car le système n'est même pas prévu pour traiter l'ensemble du net, ni même tenter de s'en approcher. De notre point de vue, ce sont des mesures grossières qui n'auront pour seul effet que de punir les quelques gros sites qui cherchent pourtant à organiser l'industrie (programmes de partenariat de contenu, de protection, etc)."

Et alors qu'en France, le sujet de la protection des mineurs est aussi de plus en plus débattu, Stéphane Pacaud ne compte pas rester silencieux et reprendra la parole prochainement.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco