BFM Business

Lamy tacle Montebourg, « exemple de GPS détraqué »

Pascal Lamy, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, estime que le monde a basculé en 2012 quand les pays en développement ont dépassé les pays développés. .

Pascal Lamy, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, estime que le monde a basculé en 2012 quand les pays en développement ont dépassé les pays développés. . - -

Invité sur RMC et BFMTV ce vendredi matin, Pascal Lamy a appelé la France à accélérer les réformes. Le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce a critiqué Arnaud Montebourg pour sa volonté de protectionnisme et rappelé que l'économie des pays en voie de Développement dépasse maintenant celle des pays développés.

Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis 2005, le Français Pascal Lamy était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur RMC et BFMTV. En attendant de quitter ses fonctions le 31 août prochain (certains le voient Premier ministre lors d'un prochain remaniement), Pascal Lamy appelle la France à accélérer les réformes et à affronter la réalité économique mondiale. Il répond aussi à Arnaud Montebourg qui affirmait que son bilan était « un désastre ».

8h56 – Pascal Lamy : « J’ai décidé de ne rien décider de ce que je ferai avant le 1er septembre. Il y a des tas de rumeurs, laissons-les courir, voyons sérieusement ce qui est arrivé à monsieur Monti dans les élections italiennes, et les rumeurs vont décroître ».

Mettre fin à la tentation protectionniste

8h54 – Pascal Lamy : « Il y a des pulsions protectionnistes parce qu’un certain nombre de gens considèrent encore que restreindre les importations, c’est protéger les emplois. Ça ne marche plus. On est dans un monde où 40% de ce que vous exportez vient de vos importations et dans 20 ans, ce sera 60% ! Shooter dans vos importations, c’est shooter dans vos exportations !»

Un accord de libre-échange est en train d’être négocié entre l’Europe et les Etats-Unis :
8h50 – Pascal Lamy : « Où veulent-ils ouvrir leur économie ? Il faudra qu'Européens et Américains se mettent d’accord, par exemple sur des normes prudentielles identiques sur les services bancaires, sur les normes d’émission de CO2 des voitures s’ils veulent échanger des voitures. Mais attendons de voir quel mandat sera donné de chaque côté. Je n’exclue pas que les Etats-Unis veuillent contrer la puissance chinoise avec cet accord ».

8h48 – Pascal Lamy : « La France gagne plus de parts de marché en Chine qu’en Allemagne ».

8h47 – Pascal Lamy : « Chacun doit respecter des règles sociales, sur le travail des enfants, un minimum de droit syndical, et les Chinois comme les autres doivent les appliquer ».

Les bons côtés de la mondialisation

« Le bilan de l’OMC est un désastre », a dit Arnaud Montebourg.
8h44 – Pascal Lamy : « Je ne veux pas faire de polémique, mais si vous voulez un exemple de GPS qui a des problèmes, c'est lui. Je pense qu’il n’a pas les bons chiffres en tête. Quand on regarde l’économie française, quand on dit que c’est la faute de la concurrence des Chinois, c’est faux. Ils sont 5 fois moins productifs que les Français, même s’ils sont payés cinq fois moins. Cette mondialisation qui sort des centaines de millions de gens de la pauvreté a ses bons côtés ».

8h43 – Pascal Lamy : « Le GPS des Français est un peu détraqué. Ils considèrent qu’ils sont un îlot de bonheur provisoire dans un monde de catastrophe. Ce monde est dur, en voie de globalisation extrêmement rapide, il y en a qui s’en sortent très bien, je pense que la France a des tas d’atouts, elle ne les voit pas, ne les connaît pas. Nous sommes les champions du monde du pessimisme ».

« La France a un problème de compétitivité »

8h41 – Pascal Lamy : « Je ne crois pas qu’il faille plus d’austérité. Il faut faire les choses différemment, réorganiser, trouver une manière plus efficace de faire les choses, avec de meilleurs résultats. C’est faisable, mais il faut une perspective, avoir envie de le faire, et le problème, c’est que les Français n’ont pas très envie de le faire parce qu’ils ne voient pas ce que ça leur rapporterait ».

8h40 – Pascal Lamy : « Il n’y a aucun doute là-dessus : la France a un problème de compétitivité. Elle fait beaucoup moins que beaucoup d’autres en Europe. Pour avoir de la croissance, il faut de la compétitivité, faire de la réforme ».

8h39 – Pascal Lamy : « La France est parmi les plus réputés, les plus reconnus, avec le Japon, les USA, l’Allemagne. Elle a une image forte mais une image de performance économique médiocre ».

8h37 – Pascal Lamy : « L’économie mondiale, en moyenne, ne se porte pas mal. Mais il y a les pays développés, qui ne vont pas bien, et les pays en voie de développement, qui vont bien. Le monde a basculé l’année dernière. 2012 est une date dont les historiens se souviendront : c’est la première fois que la production des pays développés est inférieure à celle des pays en développement. Leur économie devient supérieure à celle des pays développés. La croissance des pays riches, dans les 10 ans qui viennent, ce sont 2 ou 2,5% par an, celle des pays dits pauvres, c’est autour de 6% par an. Les Européens n’en ont pas conscience ».

Retrouvez ici tous les moments forts de Bourdin & Co de ce vendredi matin.

Mathias Chaillot