BFM Business

La grève des bateliers s'étend, réunion mercredi

BFM Business

PARIS - Une trentaine de bateaux bloquaient mardi le trafic fluvial sur la Seine, à hauteur du ministère des Finances, pour protester contre la...

PARIS (Reuters) - Une trentaine de bateaux bloquaient mardi le trafic fluvial sur la Seine, à hauteur du ministère des Finances, pour protester contre la baisse du prix du fret et réclamer du gouvernement un seuil de rentabilité minimum.

Le mouvement de grève, démarré la semaine dernière, paralyse déjà les axes majeurs du nord et de l'est de la France, perturbant certains approvisionnements.

Les blocages continuent de s'étendre à d'autres voies de navigation dont l'Oise, a dit à Reuters Daniel Claeys, secrétaire général du seul syndicat de bateliers, la Glissoire, qui regroupe 250 entreprises sur les 700 que compte la profession.

Après l'échec d'une première réunion la semaine dernière, une nouvelle concertation est prévue mercredi avec des représentants du secrétariat d'Etat chargé des Transports, a-t-il ajouté.

"Même si nous devons y passer la nuit, nous devons en sortir avec un résultat", a prévenu Daniel Claeys.

L'approvisionnement de certaines entreprises du nord de la France ainsi que le trafic céréalier sont perturbés par cette grève.

Le gouvernement a exigé la levée des barrages du Nord et de l'Est sous peine d'amendes allant de 1.500 à 4.000 euros par jour, a fait savoir le dirigeant syndical.

La Glissoire conteste la fixation des prix du fret fluvial par les courtiers.

Le syndicat dénonce le manque de transparence dans le système de facturation et l'insuffisance des contrôles exercés sur les courtiers et chargeurs.

"Le gouvernement nous refuse la fixation d'un seuil minimum de rentabilité mais nous ne pouvons pas continuer de travailler à perte", a estimé Daniel Claeys.

Contrairement à la réunion de la semaine dernière, les représentants des courtiers ont été également convoqués à la réunion de mercredi.

Valérie Parent, édité par Yves Clarisse