BFM Eco

Voiture autonome: Uber revient dans la course

Volvo et Uber poursuivent leur coopération dans le domaine de la voiture autonome avec une nouvelle version du XC90.

Volvo et Uber poursuivent leur coopération dans le domaine de la voiture autonome avec une nouvelle version du XC90. - Volvo

Uber et Volvo ont dévoilé une nouvelle version du XC90, dessiné pour la conduite 100% autonome. Les deux partenaires ont surtout mis l’accent sur la sécurité, après le décès d’une piétionne tuée en mars 2018 par une voiture autonome en test.

Plus d’un an après l’accident mortel causé par l’un de ses prototypes, Uber veut se relancer dans la voiture autonome. Ce mercredi, à Washington (Etats-Unis), le géant de la tech a dévoilé avec son partenaire Volvo une nouvelle mouture du XC90, imaginée pour se passer de chauffeur.

Double système de sécurité

De l’extérieur, ce XC90 ressemble au modèle précédent, qui a servi de base à la flotte de véhicule autonome imaginée par Uber et Volvo. Mais sa conception est bien différente. Alors que le précédent véhicule avait été développé comme une Volvo classique, sur laquelle Uber avait installé son système d’exploitation pour véhicule autonome, les deux partenaires clament ici que le nouveau XC90 a été pensé dès le départ comme une future voiture 100% autonome. Même si la législation ne l’autorise pas encore.

Selon Reuters, s’il y a toujours des pédales et un volant à bord, ces derniers ont été dessinés avant tout pour être opérés par un robot, et non par un humain. Les deux partenaires semblent surtout avoir tiré les leçons de l’accident mortel du 18 mars 2018, survenu à Tempe, en Arizona.

"Ce véhicule de série prêt pour la conduite autonome de Volvo Cars se dote notamment de systèmes de secours pour les fonctions de direction et de freinage ainsi que d’une alimentation de secours par batterie, peut-on lire dans le communiqué de Volvo. En cas de défaillance –pour quelque raison que ce soit– des systèmes primaires, les systèmes de secours sont conçus pour stopper immédiatement le véhicule".

Lors de l’accident mortel de 2018, l’enquête avait mis en avant l’inaction de la superviseuse, qui regardait son téléphone au lieu de surveiller la route. Mais le système d’exploitation d’Uber avait aussi été mis en cause. Il avait en effet détecté la victime, mais avait jugé à une erreur. Or, en théorie, les systèmes de sécurité du XC90 auraient pu intervenir, mais le système d’exploitation Uber entraînait leur désactivation.

"Au-delà des technologies de secours intégrées de Volvo, une série de capteurs installés sur le toit et au sein du véhicule permettent au système de conduite autonome d’Uber de le manœuvrer en toute sécurité en environnement urbain", poursuit le communiqué.

A Volvo les systèmes de sécurité, sur lesquels il a construit son storytelling depuis des décennies, à Uber la conduite autonome.

Des modèles de série annoncés pour la prochaine décennie

Malgré tous ces garde-fous, Volvo et Uber restent flous sur la date précise de mise sur la route de ces nouveaux véhicules. Selon le site spécialisé TechCrunch, ces nouveaux XC90 pourraient arriver dès 2020 pour des tests. Après avoir suspendu les tests en Arizona en mars 2018, Uber avait également retiré ses véhicules des routes de Pittsburgh (Pennsylvanie). Uber et Volvo prévoient cependant la commercialisation au début de la prochaine décennie de voitures autonomes de série.

Uber en fait en effet un pilier de sa stratégie de développement. Les objectifs initiaux étaient l’achat par Uber de 24.000 XC90 autonomes entre 2019 et 2020. Si un porte-parole d’Uber a confirmé à Reuters que les deux partenaires travaillaient bien sur des dizaines de milliers de véhicules, la société californienne n’aurait pour l’instant reçu qu'une dizaine de ce nouveaux XC90.
Pauline Ducamp