BFM Business

Vignette pour les poids lourds: décision attendue d'ici fin octobre

Cette vignette permettrait de financer les investissements dans les infrastructures, à partir de 2020

Cette vignette permettrait de financer les investissements dans les infrastructures, à partir de 2020 - Guillaume Souvant - AFP

La ministre des Transports a indiqué que la décision de créer cette taxe sera prise "avant la présentation de la loi sur les mobilités". Cette vignette permettrait de financer les investissements dans les infrastructures.

Le gouvernement envisage de taxer les poids lourds qui traversent la France sans financer les infrastructures. "On cherche à faire participer au financement des infrastructures, notamment ceux qui n'y participent pas aujourd'hui. Par exemple, les poids lourds qui font le plein au Luxembourg ou en Belgique, traversent la France, puis refont le plein en Espagne et n'ont pas payé la fiscalité sur les carburants", a expliqué la ministre des Transports Elisabeth Borne ce mercredi sur CNews.

La mise en place d'une telle "vignette" a été évoquée fin septembre par François de Rugy, ministre de la Transition écologique, qui avait employé ce terme que Mme Borne n'a pas repris mercredi. Une décision sera prise "avant la présentation de la loi sur les mobilités, c'est-à-dire fin octobre", a-t-elle ajouté.

Les voitures ne sont pas concernées

Cette vignette permettrait de financer les investissements dans les infrastructures, à partir de 2020. "On cherche une nouvelle ressource d'environ 500 millions d'euros par an", a précisé la ministre des Transports. La mesure concernerait seulement les camions, pas les voitures. "Il ne s'agit pas de refaire l'écotaxe", a mis en garde Elisabeth Borne. La question de savoir si seuls les poids lourds étrangers seront visés par cette vignette doit encore être tranchée, a-t-elle ajouté.

L'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) a rejeté lundi toute taxe supplémentaire sur son activité, estimant que les transporteurs s'acquittent déjà d'un lourd montant de taxes et redevances devant financer l'entretien des infrastructures.

C.C. avec AFP