BFM Business

Uber reprendra bientôt les tests de voitures autonomes

Volvo fournit à Uber ses voitures pour les tests de voiture autonome.

Volvo fournit à Uber ses voitures pour les tests de voiture autonome. - Volvo

Neuf mois après l’accident mortel causé par l’un de ces véhicules, la société va reprendre les tests de voitures autonomes sur route ouverte.

Les voitures autonomes d’Uber seront bientôt de retour. Le département des Transports de Pennsylvanie a redonné à la société de transport en fin de semaine dernière l’autorisation de tester ses voitures autonomes sur route ouverte. Uber va donc de nouveau pouvoir tester ses véhicules à Pittsburgh, après neuf mois d’interruption.

Le 18 mars, un Volvo XC90 qui roulait en mode autonome a heurté et tué une piétonne de 49 ans. L’employée de Uber chargée de superviser le test, regardait des vidéos sur son smartphone, et n’a donc pu intervenir. Le véhicule avait bien détecté la piétonne, mais le système d’exploitation conçu par Uber a jugé qu’il s’agissait d’une erreur de perception. Le SUV n’a donc pas freiné et percuté la piétonne aux environs de 50km/h.

La division voiture autonome d’Uber, qui emploie 1500 employés, dont 200 opérateurs véhicules, a subi plusieurs enquêtes de police, concluant à une faille aussi bien du logiciel que de lacunes dans le processus de tests des véhicules. Début novembre, Uber a d’ailleurs publié sur internet un rapport de 70 pages sur la sécurité, remettant toute cette expérimentation à plat, afin de demander de nouvelles autorisations de tests.

La voiture autonome est un enjeu stratégique pour Uber, qui compte sur cette technologie pour maintenir sa domination dans le transport de personnes. Dès l’an prochain, la société américaine doit d’ailleurs prendre livraison des premiers XC90 - elle en a commandé 24.000 exemplaires- afin de mettre en place son service de voitures autonomes.

Uber n’a pas encore remis sur la route ses voitures, selon The Verge. Mais il chercherait déjà de nouveaux terrains d’expérimentation. Selon The Information, Uber pourrait chercher à tester ses voitures à San Francisco (Californie), et au Canada, près de Toronto (Ontario).

Pauline Ducamp