BFM Business

STX: Rome dénonce "l'attitude inacceptable" de Paris

Chantier STX à Saint-Nazaire.

Chantier STX à Saint-Nazaire. - LOIC VENANCE / AFP

Le gouvernement italien reproche à la France de vouloir convaincre le repreneur potentiel, Fincantieri, de prendre moins de 50% des parts de STX.

Le gouvernement italien a dénoncé jeudi "l'attitude inacceptable" du gouvernement français qui chercherait à empêcher le constructeur naval italien Fincantieri d'acquérir la majorité du constructeur français STX. "L'attitude du gouvernement français qui tente de convaincre Fincantieri de prendre moins de 50% des actions est inacceptable parce qu'il doit y avoir en Europe la confiance réciproque et parce que les raisons invoquées ne semblent pas convaincantes", a déclaré au quotidien La Repubblica Fabrizio Pagani, chef du secrétariat technique du ministre de l'Économie, Pier Carlo Padoan.

"Nous sommes convaincus qu'il est possible de trouver une solution satisfaisante, dans l'intérêt de toutes les parties", a ajouté le bras droit de Pier Carlo Padoan. Fabrizio Pagani a rappelé que "les entreprises françaises ont fait d'importants investissements en Italie", estimant que "les nôtres doivent avoir la même possibilité".

Les syndicats inquiets pour l'emploi

Le groupe italien Fincantieri, basé à Trieste, est considéré comme le principal constructeur naval occidental. Il est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX Saint-Nazaire, la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding, qui accumule pour sa part les difficultés financières. Les syndicats de STX à Saint-Nazaire redoutent cependant des conséquences pour l'emploi sur ce site, se disant peu rassurés au regard des garanties demandées par l'État français au constructeur naval italien.

Le secrétaire d'État français à l'Industrie Christophe Sirugue a récemment expliqué évaluer ce que pourrait être le montage d'actionnariat. "Les signatures pourraient être aux alentours de mi-mars et la clôture de l'ensemble du dispositif aux alentours de fin avril probablement", avait-il indiqué, sans plus de détails.

P.L avec AFP