BFM Business

RTE, une entreprise à mission de service public sous le feu des critiques

Un centre opérationnel de RTE à Saint-Denis.

Un centre opérationnel de RTE à Saint-Denis. - Gérard Julien - AFP

Réseau de Transport d'Électricité (RTE) est une société anonyme qui assure la gestion du réseau électrique dans le cadre d'une mission de service public. Un des derniers objectifs que lui avait fixé l'État était de rendre moins sensibles ses installations aux fortes chaleurs.

Depuis vendredi et l'incendie du poste électrique par lequel transitait le courant à haute tension nécessaire à la circulation des trains à Montparnasse, RTE est sous le feu des critiques, et des projecteurs. Derrière ce sigle, Réseau de Transport d'Électricité, le gestionnaire des circuits par lesquels circule l'énergie en France.

Sa mission est de scruter les 100.000 kilomètres de réseau électrique français, pour aiguiller les flux d'électricité depuis telle ou telle centrale nucléaire, tel ou tel champ éolien ou solaire, à travers tel ou tel câble vers les systèmes électriques des particuliers, des entreprises, des infrastructures.

400 millions d'euros de bénéfices

RTE facture ce service à ses clients sous forme de "droits de passage" dont le montant est fixé par une administration indépendante, la Commission de régulation de l'énergie. Cette activité lui a rapporté en 2016 quelque 4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour 400 millions d'euros de bénéfices, auprès de 550 clients environ: des producteurs d'énergie, des négociants, des entreprises et industries consommatrices d'électricité, et une trentaine de distributeurs qui acheminent le courant vers les particuliers et les plus petites entreprises.

Jusqu'à la fin des années 90, c'est EDF qui s'occupait de la distribution de l'énergie et de l'entretien des lignes et installations électriques. Mais pour préparer l'ouverture du marché à la concurrence, cette activité est sortie du giron de l'opérateur historique de l'électricité en France. RTE est né en 2000, comme une structure relativement indépendante: elle est toujours une filiale d'EDF mais "avec une gestion, une comptabilité et un management séparés", souligne le groupe.

Du public au statut de société anonyme

Elle a le statut de société anonyme, qui remplit une mission de service public. Dans le dernier document qui cadre cette mission, signé en 2017 par RTE et le gouvernement, une des priorités que lui fixait l'État consistait à "garantir la robustesse et la résilience du réseau public de transport".

RTE s'y engageait notamment, d'ici 2017, à remplacer quelques-uns des 2000 transformateurs électriques qu'il opère sur le territoire: ceux qui présentaient les "anomalies les plus critiques au regard des incidents survenus lors de la canicule de juillet 2015". Celui qui alimentait la gare Montparnasse en faisait-il partie? En tout cas, il y a trois ans, RTE expliquait que les fortes chaleurs pouvaient provoquer les "pannes et incendies observées" dans certains de ses transformateurs.

De son côté, dès samedi, le gouvernement a lancé une mission d'enquête sur les conditions d'alimentation en énergie de la Gare Montparnasse. Dans son communiqué, le ministère des Transports souligne "une manifeste fragilité dans l'alimentation de substitution de cette gare par RTE".

Nina Godart