BFM Business

Quand la guerre commerciale permet à une entreprise de booster ses bénéfices

Les dirigeants chinois et américain, Xi Jinping et Donald Trump.

Les dirigeants chinois et américain, Xi Jinping et Donald Trump. - Jim WATSON / AFP

Le conflit commercial qui oppose la Chine et les États-Unis a permis à une entreprise singapourienne spécialisée dans les céréales de faire bondir le bénéfice d'une partie de ses activités. En revanche, si la situation venait à durer, son impact deviendrait négatif.

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine peuvent aussi faire des heureux. L'entreprise singapourienne Wilmar, spécialisée dans la production d'huile de palme et de sucre notamment, a plus que quintuplé son bénéfice net au deuxième trimestre par rapport à l'année dernière à la même période.

Alors que ses pertes sur le sucre se sont réduites, l'industriel a vu ses marges gonflées par les oléagineux et les céréales grâce au conflit sino-américain.

Des activités ont vu leur bénéfice plus que quadrupler

Sur le trimestre Wilmar a engrangé un bénéfice net de 344,8 millions de dollars contre 59,7 millions l'an passé, faisant bondir le bénéfice net sur six mois à 580,5 millions de dollars contre 421,2 millions l'an passé, indique un communiqué du groupe lundi.

Les oléagineux et les céréales ont vu leur bénéfice plus que quadrupler à 290 millions de dollars contre 60,3 millions au deuxième semestre 2017, tandis que les activités de sucre réduisaient de moitié leurs pertes avant impôt à 46 millions de dollars contre 106,78 millions un an auparavant.

Un conflit prolongé "aura un impact négatif"

Les "tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont augmenté les marges sur les activités de broyage dans un premier temps, ce qui a bénéficié à nos activités d'oléagineux" indique un communiqué.

"Néanmoins une dispute (commerciale) prolongée entre les deux pays aura un impact négatif sur les marges en raison d'une moindre utilisation des usines", avertit le groupe côté à la bourse de Singapour.

Concernant l'huile de palme, le groupe souligne que les cours bas affectent l'activité de ses plantations, mais les produits transformés en aval de la chaîne de production, bénéficient d'une demande accrue et d'une amélioration des marges.

J.-C.C. avec AFP