BFM Business

Privatisation d'ADP: 15% des soutiens exigés pour un référendum enregistrés au 29 août

ADP plonge, le projet de privatisation a minima suspendu

ADP plonge, le projet de privatisation a minima suspendu - Aéroports de Paris

713.000 soutiens au référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris ont été enregistrés par le conseil constitutionnel

Le conseil constitutionnel a enregistré à la date de jeudi 713.000 soutiens au référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris, soit 15% des signatures exigées d'ici à la mi-mars 2020. Ce chiffre confirme une nette baisse de la mobilisation au cours des deux mois des vacances d'été, après un bon démarrage au printemps.

Une mobilisation des opposants à la privatisation à la rentrée

Au 1er juillet, lors du premier pointage des "Sages", 480.300 soutiens avaient été enregistrés (10%) et ils étaient 615.000 (13%) au 30 juillet. Pour être validée, la proposition de loi référendaire doit être approuvée par un dixième des électeurs inscrits, soit 4.717.396 personnes (17.000 signatures par jour) d'ici la mi-mars. Sur les deux mois d'été, la moyenne quotidienne est inférieure à 4.000 signatures. Les initiateurs ont déjà annoncé une intensification de la mobilisation à la rentrée notamment lors des universités d'été, de la fête de l'Humanité ou de rendez-vous transpartisans.

Depuis le 13 juin et durant neuf mois, les électeurs inscrits sur les listes électorales peuvent apporter leur soutien à la proposition de loi initiée par des parlementaires de droite comme de gauche, réclamant la tenue d'un référendum sur la privatisation du groupe aéroportuaire. 

Quelque 250 députés et sénateurs (de LFI à LR, avec le soutien du RN) avaient enclenché début avril la procédure du RIP, introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée jusqu'à présent. Le Conseil constitutionnel, qui communiquera tous les 15 jours sur l'état de la procédure, précise qu'il a enregistré 3.670 réclamations, dont plus de 1.400 ont reçu réponse à ce jour.

A.-K.M avec AFP