BFM Business

Nucléaire: démarrage réussi du second EPR en Chine auquel EDF participe

L'EPR de Flamanville dans la Manche risque, quant à lui, d'accuser un retard supplémentaire.

L'EPR de Flamanville dans la Manche risque, quant à lui, d'accuser un retard supplémentaire. - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le patron d'EDF a annoncé ce mercredi que l'EPR Taishan 2 a démarré la veille. L'électricien français est actionnaire à hauteur de 30% de la coentreprise chargée de construire et d'exploiter les réacteurs.

Le réacteur nucléaire EPR de Taishan 2, situé dans le sud de la Chine, a démarré mardi, a annoncé mercredi le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy.

"La réaction nucléaire a été autorisée et hier, le 28 (mardi, NDLR), le réacteur chinois a divergé pour la première fois", a indiqué Jean-Bernard Lévy sur Europe 1, en précisant que le réacteur de Taishan 1, jusqu'alors le seul réacteur de nouvelle génération au monde à démarrer, "fonctionne très bien".

Le combustible nucléaire avait été chargé début mai dans le réacteur EPR de Taishan 2, qui se trouve dans le district côtier du même nom, dans la province du Guangdong. EDF est actionnaire à hauteur de 30% de la coentreprise chargée de construire et d'exploiter les réacteurs. Les groupes chinois CGN et Yuedian ont des participations respectives de 51% et de 19%.

Risque de retard supplémentaire à Flamanville

D'autres EPR sont en construction depuis plus longtemps à Flamanville (Manche) pour EDF et en Finlande pour Areva SA, mais ces chantiers ont connu d'importants retards et surcoûts.

En ce qui concerne l'EPR de Flamanville, le chantier risque de connaître un retard supplémentaire, les experts de l'Autorité de sureté nucléaire (ASN) ayant récemment estimé qu'EDF devait y engager des travaux complexes à la suite de problèmes de soudures.

"On a des difficultés qui sont liées à la manière de construire", a expliqué Jean-Bernard Lévy, qui a reconnu que la "difficulté" a reprendre de tels chantiers après ne pas en avoir réalisés pendant des années, avait été "sous-estimée". 

Le gendarme du nucléaire auditionne EDF ce mercredi

L'ASN organise par ailleurs mercredi une audition d'EDF au cours de laquelle le groupe présentera sa "position argumentée" sur la question des soudures. L'Aurorité se prononcera en juin sur le dossier.

"Le chantier de l'EPR pour le reste est quasiment terminé, nous avons commencé les essais finaux qui se sont déroulés de façon tout à fait normale", a également indiqué le PDG d'EDF. 

Le gouvernement français souhaite disposer d'ici la mi-2021 des informations nécessaires pour se décider à construire éventuellement de nouveaux EPR en France. 

Jean-Christophe Catalon avec AFP