BFM Business

Manifestations à Hong Kong: Pékin menace la compagnie aérienne Cathay

-

- - Anthony WALLACE / AFP

Le syndicat des personnels de bord de Cathay Pacific a apporté son soutien à la grève générale.

Le mouvement de contestation à Hong Kong rattrape Cathay Pacific. Vendredi, Pékin a interdit en effet aux employés de la compagnie aérienne hongkongaise soutenant le mouvement pro-démocratie d'être affectés à des vols traversant son espace aérien.

Cette décision intervient alors que l'ex-colonie britannique est le théâtre de manifestations quasi quotidiennes depuis juin contre Pékin. Une mobilisation sans précédent.

La direction générale de l'aviation civile chinoise a exigé vendredi que la compagnie empêche que les personnels soutenant le mouvement soient affectés à des vols reliant la Chine continentale ou traversant son espace aérien.

Une règle à laquelle Cathay se pliera, a promis samedi son directeur général Rupert Hogg dans un message aux employés. "Nous sommes, de par la loi, obligés de nous conformer aux règlements" de l'aviation civile chinoise, d'autant que "les vols vers la Chine continentale font partie de notre coeur de métier", a-t-il expliqué.

Pilote inculpé

Cathay est une des cibles principales des représailles chinoises à la contestation hongkongaise, notamment depuis que les médias ont rapporté qu'un de ses pilotes avait été inculpé pour participation à une émeute en raison de son implication dans une manifestation qui avait dégénéré.

Le syndicat des personnels de bord de Cathay Pacific avait en outre apporté lundi dernier son soutien à la grève générale en déplorant la semaine dernière que le gouvernement eut "ignoré les revendications du peuple et a eu recours aux forces de police pour tenter d'étouffer des voix, poussant de nombreux Hongkongais au désespoir".

Le président de la compagnie John Slosar a défendu la liberté de pensée de ses employés: "Nous n'aurions même pas l'idée de leur dire ce qu'ils doivent penser." Mais Rupert Hogg les a néanmoins mis en garde: "Les gens peuvent avoir des opinions différentes, mais il est essentiel que nous respections tout le monde, nos clients et les membres du public", a-t-il écrit.

La compagnie a suspendu son pilote inculpé. Elle a annoncé samedi le limogeage de deux autres employés sans en donner la raison. Des médias hongkongais rapportent qu'ils sont accusés d'avoir fait fuiter le détail de l'itinéraire d'une équipe de football de la police hongkongaise qui se rendait en Chine continentale.