BFM Business

Le fisc pourrait verser 80 millions d’euros à Total

Total a réalisé 8,4 milliards d'euros de bénéfices l'an dernier au niveau mondial.

Total a réalisé 8,4 milliards d'euros de bénéfices l'an dernier au niveau mondial. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le groupe français pourrait recevoir son chèque en 2017, s’il continue à afficher des pertes en France. En 2013, Total n’a pas payé d’impôt sur les sociétés, malgré un bénéfice de 8,4 milliard au niveau mondial.

Alors que la polémique est toujours vive au sujet de l’efficacité du Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), l’exemple de Total devrait donner du grain à moudre à ses détracteurs. Le groupe pétrolier, qui n’a pas payé d’impôt sur les sociétés en 2013, pourrait en effet toucher 79 millions d’euros de l’administration fiscale en 2017.

A l’heure où le gouvernement recherche désespérément à faire des économies, le cas pourrait donc faire tâche. Les députés frondeurs, notamment, ne devraient pas manquer de s’en emparer.

L’explication est simple : malgré un bénéfice de 8,4 milliards en 2013, Total a affiché des pertes au niveau hexagonal lors du dernier exercice. Une contreperformance due essentiellement à ses activités de raffinage et ses stations-services.

Total se défend

Une entreprise déficitaire ne pouvant pas toucher immédiatement le CICE ou le crédit d’impôt recherche, Total bénéficierait donc d’un report de trois ans, dans l'hypothèse où il continuerait à présenter des pertes durant cette période.

Le groupe pétrolier, de son côté, se défend en rappelant que s’il n’a effectivement pas payé d’impôt sur les sociétés en France, il a versé 1,1 milliard d’euros de cotisations sociales, et 410 millions répartis entre la C3S, les impôts locaux ou encore la Contribution économique territoriale. Et son patron, Christophe de Margerie, a déjà déclaré qu’il "rêvait" de payer l’IS en France, synonyme de bénéfice dans l’hexagone.

Y.D.