BFM Business

LafargeHolcim va fermer ses bureaux de Paris et Zurich, 204 emplois menacés

Le groupe est issu de la fusion en 2015 du français Lafarge avec le suisse Holcim.

Le groupe est issu de la fusion en 2015 du français Lafarge avec le suisse Holcim. - Thomas Samson / AFP

Le géant des matériaux de construction va procéder à une simplification de sa structure. Les emplois restants à Paris devraient être transférés à Clamart.

Le géant suisse des matériaux de construction LafargeHolcim va fermer ses bureaux de Paris et Zurich dans le cadre d'une simplification de sa structure, a-t-il annoncé vendredi, ce qui va déboucher sur la suppression de 200 emplois. 

Dans un communiqué, le groupe issu de la fusion en 2015 du français Lafarge avec le suisse Holcim a précisé que ces mesures concernent les postes liés aux fonctions centrales, les emplois restants à Paris étant appelés à être transférés à Clamart, en banlieue parisienne, tandis que ceux à Zurich se répartiront entre deux sites en Suisse, à Holderbank et à Zoug.

Ce projet devrait être mis en oeuvre intégralement d'ici la fin de l'année. Quelque 97 postes seront touchés à Paris et 107 en Suisse, a indiqué le groupe, expliquant qu'aucun autre site en France ne sera concerné.

Créer un LafargeHolcim "plus léger, plus rapide et plus compétitif"

"Cette douloureuse mais nécessaire étape de simplification est primordiale pour créer un LafargeHolcim plus léger, plus rapide et plus compétitif", a déclaré Jan Jenisch, son nouveau directeur général, cité dans le communiqué.

La simplification de la structure et de ses fonctions centrales fait partie des éléments que le groupe juge déterminant pour ses projets stratégiques sur les quatre prochaines années. Des mesures similaires ont déjà été mises en place pour les fonctions centrales dans ses bureaux de Singapour et Miami.

Les projets pour Paris et Zurich sont soumis aux procédures et consultations réglementaires de chaque pays, LafargeHolcim soulignant qu'il s'efforcera de limiter l'impact sur les salariés.

J.-C.C. avec AFP