BFM Business

La Malaisie confirme son intérêt pour le Rafale

La Malaisie pourrait bientôt acquérir des Rafale.

La Malaisie pourrait bientôt acquérir des Rafale. - MANAN VATSYAYANA - AFP

À l'occasion de la visite de François Hollande, le Premier ministre malaisien a loué les capacités du chasseur de Dassault Aviation. Mais il a indiqué que la décision était encore loin d'être prise.

Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a confirmé mardi l'intérêt de son pays pour l'avion de combat français Rafale, à l'issue d'un entretien avec le président François Hollande à Putrajaya, la capitale administrative malaisienne.

"Le nouveau Rafale sera peut-être acquis", a déclaré le chef du gouvernement malaisien lors d'une déclaration commune au côté de son hôte français, sans plus de précisions sur le nombre d'appareils qui pourraient l'être.

"Pour le moment, nous ne sommes pas prêts à prendre une décision", a cependant prévenu Najib Razak, tout en évoquant "les succès de cet avion dans d'autres pays".

Après des débuts difficiles à l'exportation, le chasseur de Dassault Aviation avait finalement trouvé preneur en 2015 au Qatar et en Egypte, les deux pays en acquérant 24 exemplaires chacun. Puis l'Inde en avait commandé 36 en septembre 2016. Une "grosse partie" de la relation commerciale de la Malaisie avec la France repose sur le domaine de la défense, avec l'acquisition de "nombreux équipements", a encore souligné le Premier ministre malaisien.

"Discuter des modalités, du prix"

"Nous avons effectivement parlé du Rafale parce que vous vous préparez à prendre une décision", a confirmé pour sa part François Hollande, ajoutant que la France souhaitait "accompagner" la Malaisie dans ce choix.

Il s'agit, a-t-il dit, de "faire la démonstration -je crois qu'elle est faite entre nos deux ministres (de la Défense)- que cet avion est le meilleur au monde". Mais il faut encore "discuter des modalités, du prix et aussi de ce que cet avion peut représenter" dans l'arsenal de défense malaisien, a observé François Hollande.

Paris, cependant, fait "confiance" à Kuala Lumpur pour acquérir le Rafale "le moment venu", a poursuivi le président français. Relevant que la "relation de confiance" entre Paris et Kuala Lumpur trouvait précisément "sa consécration dans la relation de défense", il a rappelé que la Malaisie avait acquis des sous-marins français ainsi que l'avion de transport militaire d'Airbus, l'A400M.

François Hollande poursuivait mardi en Malaisie une tournée en Asie du Sud-Est qu'il avait entamée dimanche et lundi à Singapour et qu'il achèvera mercredi en Indonésie. Sauf surprise, il s'agira de sa dernière tournée internationale avant la fin de son mandat à la mi-mai.

Des discussions portant sur 18 avions

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a livré quelques détails sur les négociations en cours. "Les discussions portent sur l'achat de 18 appareils" pour un montant "autour de deux milliards d'euros", a-t-il déclaré en marge d'une visite du président François Hollande sur la base aérienne malaisienne de Subang, à la périphérie de Kuala Lumpur.

Y.D. avec AFP