BFM Business

La Finlande serait-elle le prochain acheteur du Rafale?

La Finlande serait intéressée par le Rafale.

La Finlande serait intéressée par le Rafale. - Roslan Rahman - AFP

"Le PDG de Dassault Aviation pense conclure "un à deux contrats" cette année. La flotte d'aviation de combat de la Finlande est justement en train d'être renouvelée."

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, est plutôt confiant pour l'exportation de son Rafale et affirme à Challenges "espérer un à deux contrats cette année".

La Finlande pourrait bien devenir un de ses clients. Helsinki est actuellement en train de renouveler sa flotte d'aviation de combat, selon La Tribune. Quatre pays sont en lice: la Grande-Bretagne avec son Eurofighter, la France et son Rafale, la Suède pour le Gripen JAS-39 et enfin les États-Unis avec leurs F-35, F-18, F-16 et F-15. Les pays devront fournir les informations demandées d'ici fin octobre 2016 et un appel d'offres sera lancé en 2018.

"L'Inde reste l'Inde"

Évidemment, Eric Trappier ne pensait pas seulement à la Finlande. "Je suis confiant, car l'armée de l'air indienne a une longue histoire avec Dassault", a-t-il ajouté. Mais il prévient: "L'Inde reste l'Inde. Le gouvernement veut être sûr, avant de signer, que le fournisseur a donné tout ce qu'il pouvait donner". Les négociations de vente de 36 avions de combat Rafale à l'Inde achoppent en effet sur la question de l'étendue des transferts de technologies à consentir par l'avionneur français. Ces négociations sont en phase finale mais aucun accord n'a encore été conclu, a indiqué il y a dix jours un responsable du ministère indien de la Défense à l'AFP. "Si l'Inde signe pour 36 Rafale, nous serons bien placés pour fournir, si New Delhi confirme son besoin de 126 appareils de combat, les 90 suivants", assure Eric Trappier.

Le PDG de Dassault Aviation se dit également "très confiant" au sujet d'une vente prochaine de Rafale aux Émirats arabes unis, sans toutefois s'avancer sur une date éventuelle. Il tacle par ailleurs une nouvelle fois l'avion américain F35, produit par Lockheed Martin, dont les déboires pourraient pousser le Canada à se tourner vers le Rafale.

Dassault Aviation, qui célèbre le centenaire de ses avions cette année, a vu ses prises de commandes bondir de 113% en 2015 grâce aux contrats à l'exportation du Rafale, acheté par l'Égypte et le Qatar. Son bénéfice net a progressé l'an passé de 21% à 482 millions d'euros, malgré le ralentissement dans les pays émergents qui affecte les commandes de ses jets d'affaires Falcon.

D. L.