BFM Business

L'industrie, premier levier de l'envolée des créations d'entreprises françaises en 2019?

-

- - Pixabay

Le nombre de nouvelles entreprises industrielles a bondi de plus de 33% l'an passé, selon les chiffres de l'Insee. Faut-il parler de regain du tissu industriel français? Pas si sûr.

2019 est un excellent millésime pour les créations d'entreprises en France. Selon les chiffres de l'Insee, on en a comptabilisé 691.283 soit une progression annuelle de 17,9%. Si les immatriculations de micro-entrepreneurs restent le moteur des créations (+25%), les créations d’entreprises individuelles classiques et de sociétés sont également bien orientées avec +15,7% et +8,6% respectivement.

Et l'un des points clés dans ce bilan est la contribution forte des créations d'entreprises industrielles. Sur les trois derniers mois de 2019, la progression atteint au global 47% et presque 51% dans l'industrie manufacturière qui représente l'essentiel de l'ensemble industrie. Sur l'année 2019, la croissance atteint 33,5%, soit le rythme le plus important de tous les secteurs observés par l'Insee avec 38.100 créations d'entreprises dans l'industrie au total (soit 5,5% de l'ensemble des créations d'entreprises l'an passé). C'est en fait une tendance forte que l'on observe depuis la mi-2018 (voir graphique).

A titre de comparaison, le "secteur du "soutien aux entreprises" est celui qui contribue le plus à la hausse des créations d’entreprises (+32 500 créations, soit une contribution de 4,7 points à l’évolution totale)", note l'Insee. Avant de préciser: "La contribution d’un secteur à l’évolution d’ensemble est l’évolution observée dans ce secteur, pondérée par le poids relatif du secteur dans l’ensemble".

Néanmoins, alors que l'on parle depuis des années de la désindustrialisation de la France, faut-il voir dans ces bons chiffres un regain du tissu industriel notamment illustré par de bons indicateurs d'activité? Il convient de nuancer si on regarde de plus près les chiffres.

Seulement 10.000 créations "classiques"

Comme nous l'explique Pierrette Schuhl, cheffe du Département répertoires, infrastructures et statistiques structurelles à l'Insee, "l'essentiel des 38.100 créations d'entreprises industrielles concerne des entreprises individuelles (17.100) et des autoentrepreneurs (11.000), le reste (10.000) étant des sociétés classiques".

Car il faut comprendre que le périmètre "Industrie manufacturière" à l'Insee est large et ne dépend pas de la taille. "Cela peut être de la fabrication plus artisanale, de la création de vêtements ou de bijoux", souligne la spécialiste. En clair, un autoentrepreneur qui créé une entreprise de confection sera classé dans les créations industrielles.

Néanmoins, dans les 10.000 sociétés classiques industrielles créées en 2019, "il peut y avoir des usines ou encore des relocalisations d'usines", avance Pierrette Schuhl. Et de noter qu'il est "assez remarquable" d'observer la hausse du nombre de nouvelles sociétés dans l'industrie. "Cela fait quelques années que ça progresse mais pas à ce niveau là". Dans quelles régions? L'Insee ne donne pas encore de réponse précise mais Pierrette Schuhl souligne que l'évolution positive s'observe partout.

Olivier Chicheportiche