BFM Business

Fusion entre Renault et Fiat-Chrysler: quel est le vrai poids de chaque constructeur ?

L’objectif d'une fusion Fiat Chrysler Renault est de créer le 3e groupe automobile mondial, avec 8,7 millions de véhicules vendus annuellement et un chiffre d’affaires de 170 milliards d’euros.

L’objectif d'une fusion Fiat Chrysler Renault est de créer le 3e groupe automobile mondial, avec 8,7 millions de véhicules vendus annuellement et un chiffre d’affaires de 170 milliards d’euros. - Harold Cunningham-AFP

Le projet de fusion entre Fiat Chrysler (FCA) et Renault, donnerait naissance à un géant industriel totalisant 8,7 millions de véhicules vendus par an.

Révélé officiellement ce lundi, le projet de fusion à parité (50/50) entre Fiat Chrysler (FCA) et Renault pourrait chambouler le paysage industriel automobile mondial.

Le constructeur italo-américain soutient que ce rapprochement donnerait naissance au troisième fabricant mondial, avec des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules légers, en s'appuyant sur les chiffres réalisés en 2018. Avec ce niveau de vente, le groupe automobile franco-italo-américain disputerait la troisième place mondiale à General Motors et ses 8,7 millions de véhicules vendus l'an dernier. En chiffre d'affaires, le nouvel ensemble Fiat Chrysler Renault dégagerait un chiffre d'affaires mondial de près de 170 milliards d'euros, et un bénéfice net après impôt de 7 milliards d'euros, en additionnant les résultats 2018 des deux constructeurs séparés. Les points forts d'une éventuelle fusion? Une présence sur tous les segments (luxe, familial, low cost) et une bonne couverture par grandes zones géographiques du marché mondial.

Avant que la fusion ne soit engagée, voici les forces en présence :

  • Le groupe Renault (Renault, Dacia, Lada, Alpine et Renault Samsung Motors) a vendu 3,88 millions de véhicules dans le monde en 2018, dont 2,53 millions (-5,2 %) pour la marque Renault et 700.798 (+7,0 %) pour la marque Dacia. Les ventes de Lada ont augmenté de 18,7 % à 398.282 immatriculations et celles de Renault Samsung Motors ont baissé de 14,9 % à 84.954 véhicules. Par zone géographique, le groupe Renault a réalisé 50% de son chiffre d'affaires en Europe. L'an passé, le groupe Renault a enregistré 57,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour un résultat net de 3,451 milliards d'euros. Avant l'annonce du projet de fusion, Le groupe Renault était valorisé à près de 13,4 milliards d'euros en Bourse. 
  • Fiat-Chrysler (FCA) a vendu 4,842 millions de véhicules légers dans le monde avec différentes marques (Fiat, Maserati, Alfa Roméo, RAM, Chrysler, Dodge, Abarth). La zone Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada, Mexique) pèse d'un poids très important et représente plus de 70% de son chiffre d'affaires mondial en 2018 (110,4 milliards d'euros au total) où se vendent des gros SUV et pick-up particulièrement rentables. En Europe, FCA est plus mal en point et a vu son chiffre d'affaires stagner (+1%) à 22 milliards d'euros. Dans son rapport annuel, le constructeur évoque une part du marché européen des voitures particulières en baisse à 6,5%. Au niveau mondial, FCA a enregistré un résultat net proche de celui de Renault à 3,632 milliards d'euros. A la Bourse de Milan, Fiat-Chrysler pesait avant l'annonce autour de 17,9 milliards d'euros. 

Bien entendu, en comptabilisant également l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, une fusion créerait un ensemble en tête du marché automobile mondial avec plus de 15 millions de véhicules, devançant et de loin le mastodonte allemand Volkswagen (10,6 millions) et Toyota (10,59 millions). Mais pour l'instant, personne ne sait comment une éventuelle fusion Fiat-Chrysler-Renault se traduirait vis-à-vis de Nissan et de Mitsubishi. 

Frédéric Bergé