BFM Business

Des débris d’un Boeing 787 tombent à proximité de Rome, des maisons et des voitures endommagées

Les débris se seraient détachés du moteur gauche de l'appareil, contraint d'atterrir en urgence. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet incident.

L’incident n’a fort heureusement pas fait de blessé. Samedi, des débris d’un Boeing 787 de la compagnie Norwegian Airlines sont tombés dans la banlieue de Rome, à proximité de l’aéroport de Fiumicino d’où il venait de décoller, rapporte La Corrierre della Sera. L’appareil qui transportait à son bord 298 passagers en partance pour Los Angeles a été contraint de faire demi-tour après 23 minutes de vol.

L'appareil a été contraint de faire demi-tour
L'appareil a été contraint de faire demi-tour © Flight Radar

"Les débris ont endommagé des voitures, des maisons, des toits et d’autres objets dans les jardins", a déclaré un porte-parole de la protection civile italienne. Les fragments se seraient détachés du moteur gauche de l'appareil à environ 400 mètres d’altitude. Norwegian Airlines a confirmé que le Boeing 787 avait atterri en toute sécurité à Fiumicino "en raison d’une panne technique de l’un des moteurs".

L’Agence nationale italienne pour la sécurité des vols a ouvert une enquête. Des inspecteurs ont été envoyés sur place pour examiner le moteur et constater l’ampleur des dégâts. Un porte-parole de Rolls Royce, qui fournit des moteurs à Boeing, a dit "être au courant de l’événement". Il a assuré que l’entreprise travaillait avec l’avionneur "pour fournir un soutien et une assistance technique".

Nouveau coup dur pour Boeing et Norwegian 

Ce nouvel incident s’ajoute aux déboires de Boeing dont les 737 MAX sont cloués au sol depuis le mois de mars après avoir été impliqués dans les deux crashs de Lion Air et d’Ethiopian Airlines qui ont fait 346 morts. Cette immobilisation a mis un peu plus en difficulté Norwegian Airlines déjà confrontée à des problèmes financiers. La compagnie avait fait part en mars de son intention de réclamer des réparations auprès de Boeing pour les pertes entraînées.

La semaine dernière, l’avionneur américain a dit espérer que son moyen-courrier revolera cette année. Son PDG, Dennis Muilenburg a indiqué qu’il avait l’intention de déposer en septembre une demande de certification complète auprès de l’autorité américaine de l’aviation civile (FAA). Il espère obtenir un feu vert un mois plus tard.

Paul Louis