BFM Business

Cette PME rennaise aura bientôt son premier nano-satellite sur orbite pour surveiller les océans

Le nano-satellite de la start-up Unseenlabs est capable de détecter les navires "illégaux" qui souhaitent rester discrets.

Le nano-satellite de la start-up Unseenlabs est capable de détecter les navires "illégaux" qui souhaitent rester discrets. - Rocket Lab

La start-up rennaise UnseenLabs a son premier nano-satellite de 6 kilos, sur le point d'être lancé par Rocketlab, spécialiste américain de la mise en orbite de satellites civils. Son petit équipement, le premier d'une constellation à venir, détectera et localisera depuis l'espace les navires en pleine activité "illégale": dégazage, pêche interdite...

Surveiller l'océan depuis l'espace pour y traquer les navires "délinquants" maritimes. C'est la vocation de Cubesat, un nano-satellite bardé d'électronique, à la masse réduite (6 kg), conçu par la jeune société française UnseenLabs. Son antenne embarquée détecte et géolocalise les signaux et ondes émis par les bateaux civils "non-coopératifs", naviguant sur les mers avec un motif illicite (pêche illégale, dégazage, piraterie maritime).

Le petit engin français aurait du être placé sur orbite à une altitude comprise entre 550 et 650 km dès le vendredi 16 août, Unseenlabs devenant ainsi une des premières PME françaises à accéder à l'espace, via un prestataire privé américain. En effet, la fusée Electron de la firme américaine Rocketlab, spécialiste de la mise sur orbite, devait décoller de son pas de tir en Nouvelle-Zélande ce 16 août, emportant avec elle le petit satellite breton. Mais le lancement a été différé au dernier moment en raison de conditions météorologiques défavorables (cf tweet ci-dessous, extrait du compte officiel Twitter de Rocketlab).

Ce n'est apparemment que partie remise pour la PME française, originaire de Rennes, puisque le lancement a été reporté au mieux de 24 heures, la fenêtre de tir prévue par RocketLab pour ce lancement étant assez étendue.

Créée en 2015 par trois frères (Jonathan, Clément et Benjamin Galic), la société Unseenlabs s'est spécialisée dans l’interception de signaux électro-magnétiques depuis l’espace. Son premier marché est la surveillance maritime qui sera effectuée au moyen d'une future constellation de nano-satellites embarquant chacun une antenne sophistiquée "d'écoute" permettant l’identification et la localisation de navires "pirates" sur les océans.

-
- © Le nanosatellite Cubesat embarque une antenne "révolutionnaire" qui permet depuis l'espace l’identification et la localisation de navires non-coopératifs.-Unseenlabs

Ce service de surveillance satellitaire maritime à vocation civile intéresse au plus haut point la Marine Nationale, les douanes et les services de renseignement ou même les opérateurs de données satellitaires, les armateurs et les assureurs.

La technologie de la start-up rennaise a séduit jusqu'au ministère des Armées, dont le fonds d'investissement Definvest géré par Bpifrance et la Direction générale de l’armement (DGA) lui a permis de lever 8 millions d'euros en 2018. La société Nexeya et le fonds régional breton Breizh Up géré par Sofimac Innovation ont également participé à cette levée de fonds.

Frédéric Bergé