BFM Business

Ces grands secteurs industriels qui seront impactés par l'impression 3D

Les grands constructeurs automobiles ont investi dans des machines de fabrication additive pour effectuer du prototypage ou du développement rapide de pièces.

Les grands constructeurs automobiles ont investi dans des machines de fabrication additive pour effectuer du prototypage ou du développement rapide de pièces. - Prodways

Plusieurs industries pratiquent déjà la fabrication additive (impression 3D) dont l’aérospatiale, le médical ou l’automobile. D’autres secteurs, moins avancés, ont un fort potentiel, tels que le bâtiment et l'emballage selon une étude de la direction générale des entreprises.

La révolution incarnée par la fabrication additive (impression 3D) exerce déjà son influence et produira à l’avenir des effets variables et à plus ou moins long terme selon les grands secteurs industriels. C’est l’un des enseignements d’une étude prospective de la direction générale des entreprises (DGE) de Bercy, présentée le 26 janvier 2017.

"Face aux 82 milliards de dollars du marché mondial de la machine-outil, la fabrication additive reste un phénomène d’ampleur limitée malgré une croissance soutenue depuis quelques années. Le niveau d’adoption et la maturité des acteurs restent très variables selon les domaines d’utilisation" explique cette étude confiée au cabinet Tech2Market. "Selon les secteurs d’applications, les technologies de fabrication additive peuvent ainsi avoir des impacts très différents, et les usages d’aujourd’hui et de demain sont bien spécifiques à chaque secteur" ajoutent les auteurs de cette étude.

L'aérospatiale et l'aéronautique sont précurseurs

Précurseurs en la matière, les secteurs de l’aérospatiale/aéronautique représentaient 14,8% du marché de la fabrication additive en 2014. Ces secteurs ont besoin de productions de petites séries pour lesquelles la fabrication additive permet de s’affranchir de la conception et fabrication d’outillage spécifique.

"L’industrie aéronautique reconnaît aux technologies d’impression 3D la capacité de réduire le poids, le coût et la complexité de production de pièces, sans pour autant sacrifier la sécurité et la durabilité des matériaux" explique l’étude.

Lire la suite sur plusgrandplusfort.fr (édité par BFM Business)

Frédéric Bergé