BFM Business

Ce que la chute des prix du pétrole rapporte aux entreprises françaises

Denis Ferrand table sur des prix autour de 52 dollars le baril.

Denis Ferrand table sur des prix autour de 52 dollars le baril. - Juan Mabromata - AFP

Le directeur général de Coe-Rexecode estime, qu'au cours actuel, l'allègement de la facture pétrolière atteindra sur l'année 17 milliards d'euros.

La chute des prix du pétrole est une aubaine pour la très grande majorité des entreprises françaises. Selon la dernière évaluation de Denis Ferrand, directeur général de Coe-Rexecode, invité ce lundi 12 janvier sur BFM Business, l'économie qu'elle vont réaliser sera trois fois plus importante cette année qu'en 2014. "Si nous prenons le niveau du prix du pétrole tel qu'on le constate depuis le début de l'année, c'est-à-dire 52 dollars le baril en moyenne, ce seront 17 milliards d'euros d'allègement de la facture des importations de pétrole brut et raffiné" a expliqué Denis Ferrand. Alors que pour 2014, Rexecode l'évalue à 5 milliards d'euros.

Dans le détail, Denis Ferrand estime que cette manne représentera cette année 3,3 milliards d'euros de coûts d'énergie en moins pour l'industrie et 4,5 milliards d'euros dans les transports.

Réussir à maintenir les prix

Selon lui, les entreprises les plus impactées par cet allègement seront amenées à baisser leurs prix : "La difficulté est de savoir à quelle échéance. Cela va surement prendre un peu de temps". Air France n'a, par exemple rien annoncé, pour le moment.

Mais Denis Ferrand rappelle que cela ne concerne pas que les entreprises françaises, "tous les pays européens en profitent". L'un des principaux concurrents européens d'Air France, Lufthansa, a de son côté, confirmé ce lundi attendre une hausse significative de son bénéfice opérationnel en 2015 à la faveur d'une baisse du coût du carburant. Le numéro un européen du transport aérien table cette année sur une nette baisse de ses dépenses de carburant, à 5,8 milliards d'euros. "Il reste à voir comment la baisse du prix du pétrole affectera le prix des billets et l'environnement général", relève Dirk Schlamp, analyste de DZ Bank.

Mais Denis Ferrand souligne un point clé : "Les entreprises qui auront la capacité de maintenir leur prix du fait de la puissance de leur marque seront les grands vainqueurs. Après, il faut voir ce qu'elles vont en faire: plus d'investissements, plus d'emplois?". Pour l'instant, le patron de Rexecode ne voit pas de traduction concrète de l'amélioration de cette manne.

D. L.