BFM Business

Astrium et Thales vendent deux satellites militaires à Abu Dhabi

Thales et Astrium ont paraphé avec Abu Dhabi un contrat de 700 millions pour la fourniture de deux satellites d'observation

Thales et Astrium ont paraphé avec Abu Dhabi un contrat de 700 millions pour la fourniture de deux satellites d'observation - -

Astrium et Thales vont fournir deux satellites de renseignements aux Emirats Arabes Unis. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, ce lundi 22 juillet, la signature du contrat, pour un montant de plus de 700 millions d'euros.

Le ministre de la Défense a confirmé, ce lundi 22 juillet, la signature du premier gros contrat à l'export du quinquennat Hollande en matière militaire.

Ce soir, Jean-Yves Le Drian, en compagnie de François Auque, le PDG d'Astrium et de Jean-Loïc Galle, son homologue de Thalès Alénia Space se rendent à Abu Dhabi, pour la signature du contrat qui rapportera aux entreprises hexagonales plus de 700 millions d'euros.

La France va livrer deux satellites militaires d'observation de type Hélios, plus une station terrestre à l'armée émirienne. Avec les contrats de maintenance, la facture pourrait monter jusqu'à 800 millions d'euros.

Des satellites 100% "made in France"

Les négociations entamées en 2008 sous la présidence Sarkozy ont été particulièrement délicates. La reprise en main du dossier par Jean-Yves Le Drian à son arrivée dans l'hôtel de Brienne a permis selon le PDG d'Astrium "la signature du contrat".

Néanmoins, la France n'avait "jamais auparavant accepté d'accorder une aussi haute résolution en vendant des satellites militaires. Ce contrat marque le prolongement de la France dans la région depuis l'implantation de la base française interarmée à Abu Dhabi en 2009" explique François Auque.

Des ingénieurs émiriens seront formés au sein des usines Astrium à Toulouse et Thales à Cannes. La fabrication des deux satellites sera réalisée à 100% en France et devrait permettre la création de 1.000 emplois pendant cinq ans jusqu'à la livraison.

Au ministère de la Défense, on estime que ce contrat pourrait en appeler d'autres "dans différents domaines en fonction du besoin du client". La France espère toujours vendre les Rafales conçus par Dassault Aviation.

V.F