BFM Business

Alstom: GE prêt à des arrangements pour obtenir le feu vert de Bruxelles

GE espère toujours boucler la transaction au second semestre.

GE espère toujours boucler la transaction au second semestre. - Sébastien Bozon - AFP

La Commission européenne risque de ne pas donner, sans conditions, son feu vert à GE pour le rachat d'Alstom. De son côté, General Electric est prêt à discuter.

GE est prêt à tout. La filiale énergie du groupe américain se dit prête, ce lundi 11 mai, à proposer des arrangements pour obtenir le feu vert de l'Union européenne à la transaction avec Alstom. D'ailleurs, elle précise qu'"il est toujours prévu de boucler la transaction au second semestre".

Plus tôt dans la journée, deux sources avaient annoncé que General Electric
n'obtiendra probablement pas un feu vert sans conditions de la Commission européenne. A moins de proposer de nouvelles concessions ou de préparer des arguments forts.

L'exécutif européen a ouvert en février une enquête approfondie sur cette opération de 12,4 milliards d'euros qui entraînera la disparition de l'un des trois grands concurrents du groupe américain sur le marché des turbines à gaz.

"Etape de procédure"

L'enquête a été arrêtée temporairement le mois dernier mais devrait reprendre dès cette semaine, a indiqué GE ce lundi. "C'est une étape de procédure pour leur laisser le temps d'étudier des informations complémentaires et nous nous attendons à ce que le compte à rebours reprenne cette semaine", a déclaré le groupe dans un communiqué.

L'enquête a été suspendue le 24 avril, selon un communiqué posté sur le site internet de la Commission. Ricardo Cardoso, porte-parole de l'exécutif européen, a expliqué que les services de la concurrence attendaient de nouvelles informations des deux groupes. "La date butoir sera dans ce cas suspendue jusqu'à ce que les parties répondent pleinement à notre demande d'information, puis une nouvelle date sera fixée", a-t-il dit.

Jusqu'ici, les services de la Concurrence avaient jusqu'au 6 août pour se prononcer. Le directeur général de General Electric, Jeff Immelt, a rencontré la semaine dernière la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, pour défendre son accord avec Alstom.

D. L. avec Reuters