BFM Business

Huawei: l'inquiétude des opérateurs télécoms sur la 5G

-

- - FRED DUFOUR / AFP

L’Union Européenne serait en train de réfléchir à des pistes pour écarter Huawei du marché des infrastructures 5G en Europe.

On savait déjà que la France envisageait des sanctions contre Huawei, comme la Belgique et l’Allemagne. C'est désormais une initiative à l’échelle communautaire qui est envisagée: l'Union européenne réfléchirait à des propositions qui reviendraient à exclure les équipements du chinois Huawei Technologies, ce qui constituerait un coup dur pour le groupe chinois.

Le secteur, lui, s'inquiète des retards que de telles mesures pourraient engendrer. Selon l'agence Reuteurs, l'association GSMA, qui fédère les opérateurs télécoms au niveau national, a proposé d'inscrire le débat autour de Huawei au menu de leur prochaine assemblée. Le rendez vous n'est pas encore confirmé, mais il pourrait se tenir en marge du Mobile World Congress prévu fin février, le plus gros événement du secteur qui se tient chaque année à Barcelone, en Espagne.

Certains pays ont pris les devants: Etats-Unis, Nouvelle-Zélande ou encore Australie ont déjà restreint l'accès de leurs marchés pour la 5G, et l'Allemagne envisage des mesures similaires. Alors que de nombreux opérateurs comptent faire appel à Huawei pour construire leurs réseaux 5G, une exclusion de l'équipementier chinois pourrait constituer un obstacle sérieux aux efforts de l'Europe pour rester compétitive dans le secteur des télécoms et des technologies.

Le géant allemand Deutsche Telekom a ainsi estimé qu'une telle mesure engendrerait un retard de deux ans sur ses projets de déploiement, une estimation sur laquelle s'accordent plusieurs opérateurs.

La 5G constitue la prochaine étape majeure de la révolution numérique, censée rendre les connexions quasiment instantanées et accroître la capacité de transmission des données. Elle rendra aussi possible l'adoption de technologies futuristes, comme l'intelligence artificielle, les voitures autonomes ou les usines automatisées. Et le groupe Huawei entend bien être le premier sur cette nouvelle technologie.

Huawei: 93 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2017

Avec un chiffre d'affaires de 93 milliards de dollars en 2017, Huawei est le premier équipementier télécoms mondial. Mais plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, redoutent que Pékin n'utilise ses infrastructures à des fins d'espionnage.

Aucune preuve n'a jusqu'à présent été apportée pour étayer ces soupçons et le groupe a réfuté à de nombreuses reprises ces accusations. Il n'empêche, la France a elle aussi annoncé son intention de renforcer son contrôle des infrastructures télécoms via un dispositif qui ne cible toutefois officiellement aucun équipementier en particulier.

Un amendement a été déposé fin janvier au projet de loi Pacte, actuellement en discussion au Sénat, imposant aux opérateurs de demander une autorisation avant de recourir à certains matériels jugés sensibles, formalisant et élargissant des contrôles informels déjà existants.

Sandrine serais avec Reuteurs