BFM Business

Fusion Alstom-Siemens: Bruxelles interdit le projet 

-

- - Thomas Samson / AFP

Bruno Le Maire et le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge avaient expliqué s'attendre au rejet de la fusion Alstom-Siemens par la Commission européenne.

Bruxelles a interdit mercredi le projet de fusion entre le français Alstom et l'allemand Siemens, estimant ce mariage néfaste pour la concurrence sur le marché ferroviaire de l'Union.

Mercredi matin, Bruno le Maire avait affirmé s'attendre au rejet par la Commission européenne du projet de fusion entre Alstom et Siemens.

"Je crois que les jeux sont faits. Je le regrette profondément parce que je considère que c'est une erreur économique, une faute politique qui affaiblit l'Europe", a-t-il dénoncé sur France 2.

"Le rôle de la Commission européenne, des institutions européennes, c'est de défendre les intérêts économiques et industriels européens", a-t-il rappelé, manifestement agacé par le probable refus de la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, de donner le feu vert à la naissance d'un géant européen du ferroviaire.

"La décision que s'apprête à prendre la Commission européenne va servir les intérêts économiques et industriels de la Chine", a-t-il regretté. Elle "empêche Alstom et Siemens, les deux champions de la signalisation et du ferroviaire, de fusionner pour avoir le même poids que le grand champion industriel chinois", a-t-il ajouté.

"Je conteste l'analyse technique qui a été faite de ce dossier par la Commission européenne", a-t-il encore assuré. Bruno Le Maire a d'ailleurs annoncé son intention de présenter avec le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier des propositions pour "refonder les règles de la concurrence européenne". 

Le ministre reconnait également qu'il faut réfléchir à d'autres "possibilités de consolidation pour Alstom. Selon nos informations, l'idée d'un rapprochement avec Thales pourrait refaire surface.

La rédaction avec AFP